« La bastella inarhittate, façon Francine par Jean-Paul Ceccaldi | Main | L'onguent de chat par Michel Moretti »