Les écrits sous écrou de Jean-Pierre Santini

094AA720-1F71-4C4B-93C5-C521C441C455

Arrêté le 6 octobre 2020, l’écrivain Jean-Pierre Santini a été incarcéré à Fresnes du 12 octobre au 10 décembre. Sous écrou, il écrit.

Placé en résidence surveillée, il met au propre. Mi janvier 2021, il livre quatre manuscrits. Mi février, il valide la maquette d’un ouvrage de 448 pages.

Son édition, prise en charge par le collectif d’auteurs « operata pè Santini », réunit les trois premiers manuscrits. Son impression reste à financer à travers un appel à souscription.

Au format 148x210, cet ouvrage de 448 pages dont le prix public a été fixé à  19,00 € (+ 3,00 € participation aux frais d’envoi), peut être commandé en souscription au prix de 18,00 € (frais d’envoi offerts). 

592DC681-A3D4-46CB-B676-0CAF7BA1CE2C

Lire la suite "Les écrits sous écrou de Jean-Pierre Santini" »


Deux séquences et du vin pour la treizième édition du festival du polar à Ajaccio et Coti-Chjavari

image from ekladata.com
Polar è vinu : courageusement animée par les romanciers Jean-Paul Ceccaldi et Jean-Pierre Orsi, l'association Corsicapolar-Ancre latine (qui n'a strictement aucun lien avec ce blog- NDLR) met du vin cet été dans ses sélections d'écritures policières.

Le treizième festival du polar corse et méditerranéen se déroulera à nouveau en deux séquences, l'une en juillet, l'autre en août, à Ajaccio et Coti-Chjavari en Corse du sud.

Plus d'une trentaine d'auteurs est attendue en provenance de plusieurs régions de la Méditerranée (Occitanie, Catalogne, Provence Alpes Côte d’Azur, Calabre, Sicile).

Tout le programme et la liste des auteurs invités ICI. 

Le festival du polar corse et méditerranéen qui aura lieu à partir du 12 Juillet jusqu'au 18 Août, a d'ores et déjà mis en ligne sa vidéo promotionnelle.

Santé !


Le prochain Piacentini à la mi-août

DR elenapiacentini saisie FB

Ce n'est pas son chat qui le dit ! Le prochain thriller d'Elena Piacentini est dans sa dernière ligne droite.

La romancière et scénariste corrige les épreuves de Vaste comme la nuit depuis la mi-mai. La "mama de Leoni" a  récemment  livré l'info sur sa page FB en soulignant combien il était parfois dur d'écrire quand son chat fait des câlins à l'ordinateur.

Au Fleuve noir, la parution de Vaste comme la nuit est prévue aux alentours du 22 août.

Le premier opus d'Elena Piacentini au Fleuve noir, Comme de longs échos, faisait découvrir une nouvelle héroïne : Mathilde Sénéchal à la DIPJ de Lille. Il avait été couronné dès sa sortie, en 2017, par le prix Transfuge du meilleur polar français.


Double séquence pour la douzième édition

image from ekladata.com

 

Ce festival est organisé par l’association « Ancre latine - Corsicapolar » courageusement animée par les romanciers Jean-Pierre Orsi et Jean-Paul Ceccaldi.

Il réunit chaque année une belle et bonne trentaine d’auteur(e)s venu(e)s des différentes rives de Méditerranée.

Deux séquences, en juillet et en août, sont programmées pour l’édition 2018 de cette ballade en polardie. A suivre sur l’espace FB de l’association : https://m.facebook.com/Corsicapolar/


#Guyane : "Le refus de la méga-industrie minière est une résistance anthropologique"

Ugoptwitter
Invité par l'hebdomadaire Terre Corse, le 13 juin dernier, à présenter les revendications des peuples autochtones de la Guyane française, le journaliste et écrivain Ugo Pandolfi a appelé à soutenir les actions du collectif Or de question qui organise en Guyane les 16 et 18 juin d'importantes mobilisations pour dire "non à la montagne d'or," projet de méga mine industrielle d'un consortium russo-canadien, soutenu par Emmanuel Macron.

Actuellement objet d'un débat public en Guyane, ce projet industriel suscite de vives oppositions et soulève de très larges protestations tant en Guyane qu'en France métropolitaine.

Rappelant  la sixième  des vingt revendication déposées en mars 2017 par les peuples autochtones de Guyane qui exigent "l'arrêt immédiat du projet Montagne d'or", Ugo Pandolfi a souligné "la dimension anthropologique que prend la résistance qui s'amplifie contre cette nouvelle ruée vers l'or et l'éventration de la terre au mépris des droits aborigènes des populations autochtones".

"Cette résistance, est anthropologique - souligne Ugo Pandolfi - en ce qu'elle défend une totalité englobant humains et non-humains. Elle place enfin, avec les luttes amérindiennes pour la Terre, la Nature dans la politique. Les décideurs français qui ne prendraient pas dès à présent la mesure d'une telle résistance ajouteraient une  lourde et grave erreur de plus au bilan de l’anthropocène".


Une nouvelle nouvelle de Jacques Mondoloni

image from scripteur.typepad.com

Fidèle à sa généreuse et belle habitude, l'écrivain Jacques Mondoloni offre chaque début d'année une nouvelle en guise de voeux à ses amis. Pour 2018, il nous livre  "La sacoche". Merci Jacques.

Tous les ans au moment du réveillon de la Saint Sylvestre, il perdait sa sacoche contenant tous ses papiers.
L’endroit idéal, c’était les toilettes d’un restaurant ou d’un bistro : il suffisait de la libérer de la ceinture où elle était accrochée, et elle tombait le long de la cuvette.
Evidemment il y avait des gens honnêtes venus se soulager après lui qui rapportaient la sacoche au taulier.
Alors il était obligé de se manifester, s’il était accompagné, mais il ne bougeait pas, s’il était seul à table. Heureusement il y avait des indélicats, de vrais voleurs qui gardaient son bien. Adieu sacoche, adieu les documents qui marquaient sa vie de citoyen, le sentiment de n’être plus rien le parcourait jusqu’à la jouissance.
Mais ce n’était qu’un au revoir : on ne pouvait exister socialement longtemps sans carte d’identité, sans permis de conduire, sans la carte grise de son véhicule, sans assurance, sans carte Vitale, sans carte de mutuelle, … : on allait vite rencontrer des difficultés, un rejet des instances de l’administration, et un soir cela se traduirait par un contrôle de police, à un barrage, qui vous immobiliserait pendant une bonne heure dans un climat de soupçon, voire de violence si une altercation se produisait avec les forces de l’ordre ( une fois à un réveillon il avait été emmené au poste).
Il fallait reconstituer les papiers, après la jouissance, c’était la punition.

A présent, le recours aux services de la préfecture avait disparu, tout se faisait par internet : tout un cheminement avec des obstacles vicieux, des chausses trappes numériques, des mots de passe compliqués, une fois sur deux refusés, qui avaient le don de l’énerver, de lui donner la fièvre, de le glacer, de lui enlever tous ses moyens. Il plongeait dans une sorte d’enfer de lumière, entouré de mille Satan agitant sa carte bleue, où il perdait sa lucidité. Alors il devenait coupable, il tombait malade, il s’allongeait sur son lit, pensant mourir, et l’arrivée de la nouvelle année se présentait sous la forme de l’horreur.
Evidemment, il redemandait une carte bleue à sa banque car, sans elle, il ne pouvait régler les timbres fiscaux électroniques des duplicata, ni même faire le plein d’essence aux stations services de sa région.

Tout le mois de janvier, il s’enfermait chez lui, immergé dans son ordinateur, bataillant contre le site gouv. où des robots avec leurs complices humains le narguaient et manoeuvraient pour le rendre fou.
Se replier ne signifiait pas pourtant cesser de vivre. Il sortait. Mais
par crainte des contrôles de police, il allait au supermarché par des routes secondaires, payant ses courses en liquide (ayant programmé avant les fêtes la perte de ses papiers). Et pour les médicaments, comme il se rendait toujours à la même pharmacie, il pouvait les avoir sans carte Vitale, après tout à son âge, comme la santé est un métier plein, il faisait office de rente pour l’industrie pharmaceutique.

Février le libérait de la transe, et une existence atone s’annonçait qui allait durer jusqu’à l’année prochaine. Les duplicata lui parvenaient peu à peu, la complaisance de gouv., et il lui fallait se procurer une autre sacoche.

© Jacques Mondoloni- Janvier 2018


Pace è salute à toutes et à tous

image from scripteur.typepad.com

 

Toute la petite équipe de corsicapolar.eu vous présente ses meilleurs vœux pour 2018.

Merci de votre fidélité.

Ce blog a 11 ans d'existence. Il contient 1672 notes et 1277 commentaires

Au total,depuis sa création et jusqu'à ce jour, il comptabilise 251 904 pages vues.

En moyenne sur ces onze dernières années, corsicapolar.eu  reçoit chaque jour 62 visiteurs uniques absolus.

C'est peu. C'est modeste. Mais c'est d'une grande fidélité et belle diversité.

Merci à vous,venus de France, Belgique, Canada, Etats-Unis, Suisse, Italie, Royaume Uni, Brésil, Maroc et Allemagne.

Pour infos, 75,5% d'entre vous sont sous Windows et 18% sous Mac ou IOS.

Pace è salute a tutti.

image from scripteur.typepad.com

Et immenses basgi à notre ami  le dessinateur Jean-Pierre Cagnat.


Les nationalistes corses ont-ils gagné la "bataille du récit" ?

image from jean-jaures.org

Pour la Fondation Jean Jaurès, Jérôme Fourquet, Directeur du département "Opinion et stratégies d’entreprise", Ifop, et le géographe-cartographe  Sylvain Manternach, livrent une analyse particulièrement fouillée de la situation électorale en Corse à la veille du scrutin  territorial des 3 et 10 décembre prochain.

Par l’analyse des scrutins précédents, ces deux experts de la Fondation Jean Jaurès, aidés par les éléments d'information fournis par le journaliste et écrivain Antoine Albertini,  montrent en quoi les nationalistes sont favoris lors de ces élections.

Intitulée "les nationalistes corses à la conquête de la Corse ?", cette analyse des précédents scrutins montrent qu'au second tour des derniers législatives, la dynamique des nationalistes a été alimentée par des reports nombreux et très hétéroclites. Elle souligne également combien indépendantistes et autonomistes corses sont à même à présent de récolter les "fruits du travail idéologique mené depuis trente ans".

Les nationalistes -concluent les auteurs de cette étude- abordent le prochain scrutin régional en position très favorable et leurs adversaires risquent d’être encore davantage fragilisés en cas de victoire de Gilles Simeoni et de Jean-Guy Talamoni. En Haute-Corse comme en Corse-du-Sud, en raison des emplois publics, des investissements et des subventions qu’ils créent et contrôlent, les conseils départementaux étaient les bras armés du clanisme. Si les nationalistes prennent le contrôle de la future collectivité unique (qui remplacera les conseils départementaux et la Collectivité territoriale de Corse), ils auront les coudées franches pour mener leur agenda.

A lire attentivement avant d'aller voter et après l'annonce des résultats.

Voir les résultats définitifs du premier tour de l'élection des conseillers à l'Assemblée de Corse du Dimanche 3 décembre 2017 sur le site du Ministère de l'Intérieur.

Voir les résultats définitifs du second tour de l’élection des conseillers à l’Assemblée de Corse tenu le 10 décembre afin d’élire les 63 membres de l’assemblée de la nouvelle collectivité de Corse, qui se substituera à compter du 1er janvier 2018 aux conseils départementaux de Corse-du-Sud et de Haute-Corse et à la collectivité territoriale de Corse. 


Douze auteurs, deux associations et un calendrier

Calendrier DR

Douze auteurs du Noir* se sont rassemblés pour un calendrier.

Les bénéfices de la vente de ces douze mois en noir seront reversés à deux associations, Lya pour la vie et Danse avec le cœur, présentes sur  le réseau social FB.

Toutes les informations sur cette action sont disponibles sur la page FB du groupe Douze mois en noir.

* Fabio M Mitchelli, Sophie Jomain, Maxime Gillio, Elena Piacentini, Nicolas Lebel, Gaëlle Perrin Guillet, Stanislas Petrosky, Barbara Abel, Franck Bouysse, David Coulon, Sire Cédric et Sandra Martineau.