Vingt jours que l’écrivain Jean-Pierre Santini est en danger
Entendre : Le témoignage de Laurent Santini, fils de l’écrivain

Le cri des auteur(e)s, des artistes et des écrivain(e)s pour Jean-Pierre Santini

image from scripteur.typepad.com
Déclaration du collectif Operata pè Santini lors de la conférence de presse tenue ce 28 octobre avec la section corse de la Ligue des Droits de l’Homme.

Ce 28 octobre, a la fin de la troisième semaine de la grève de la faim engagée par l’écrivain Jean Pierre Santini depuis le jour de son arrestation le 6 octobre dernier, ce que nous avons à vous dire, haut, fort et clair, est bref, très bref et très simple, comme le sont les messages de détresse.
 
Pour Jean Pierre Santini il y a urgence.Et cette urgence est vitale. Le poète, le romancier, le militant Jean-Pierre Santini ne doit pas mourir en prison. Nous ne voulons pas d’une France qui détruit ses écrivains.
 
C’est ce que nous avons dit publiquement et écrit officiellement  il y a deux semaines a la Ministre de la Culture, Mme Roselyne Bachelot, dont les services n’ont toujours pas accusé réception de l’Adresse rendue publique le 14 octobre dernier.
 
Depuis, un choix de la justice est intervenu et a prononcé le maintien en détention provisoire à Fresnes de l’écrivain.
Ce choix est Incompréhensible, scandaleux, honteux.
Il est inutile, injuste et dangereux comme l’ont dit les deux présidents de Corse.
 
Aujourd’hui 28 octobre, l’urgence vitale s’est aggravée.
Il s’agit à présent d’une urgence absolue.
Et cette urgence absolue pour la vie d’un homme interdit le silence, interdit d’ignorer, interdit de se taire.
 
C’est parce que l’urgence interdit le silence que nous crions aujourd’hui.
 
Nous crions haut fort et clair : 
 
Que La justice doit passer pour tous, mais elle ne doit pas prendre la forme d’un traitement inutile, injuste et éminemment dangereux.
 
Nous demandons que Jean Pierre Santini soit placé sous contrôle judiciaire jusqu’à son procès.
 
Nous demandons que la mesure et la proportionnalité encadrent désormais le cours de l’action judiciaire.
 
Nous crions qu’une personne , coupable ou non d’un délit, ne doit pas, ne doit jamais être niée dans son humanité, ni dans sa détresse. 
 
Tel est notre cri.
Tel est le sens de notre operata pè Santini. Pour qu’un poète, un écrivain, un éditeur, un militant ne meure pas en prison. Aujourd’hui, en France.

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)