Previous month:
janvier 2018
Next month:
mars 2018

février 2018

Une société devient mafieuse si...


image from pbs.twimg.com
L'association de protection de l'environnement U Levante, objet de virulentes attaques sur les réseaux sociaux et les médias, vient de publier une 
Lettre ouverte aux partisans de l’inégalité des Corses devant la Loi.

Extrait:

Il n’y a pas de vie commune possible, de « vivre ensemble », si certains citoyens peuvent violer la loi pour leur profit personnel en toute impunité et privatiser, au passage, le domaine public qui, comme son nom l’indique, est celui de tous !

Ce qu’on nous reproche c’est de refuser cette dérive mortifère qui permet à une minorité de prospérer grâce au viol de la loi opposable à tous les citoyens corses et ce au détriment du bien commun qu’est notre environnement.

Une société devient mafieuse si elle accepte que certains citoyens puissent s’enrichir, notamment grâce à des complicités d’élus et (ou) de services de l’État, en violant en toute impunité l’état de droit, la loi, foulant ainsi au pied le principe de l’égalité des Corses devant elle.

« L’égalité ne doit pas être un vain mot (…) la parfaite égalité est ce qui est le plus désirable dans un état démocratique (…) les républiques disparaissent lorsqu’on y trouve des particuliers si riches, qui, au mépris du mérite et des lois, s’imposent à la multitude (..) » Pascal Paoli. (15/07/1764)

Deux cent cinquante-quatre ans plus tard, ces mots restent d’une redoutable actualité. U Levante entend bien, malgré les menaces et les pressions, poursuivre son combat au service de notre environnement et des Corses.

A lire également sur le site officiel d'U Levante, la lettre adressée au Président de la République suite à son discours de Bastia.

Suivre les actions d'U Levante sur le fil twitter @Ambiante20


Boccanera, buveuse de café et insomniaque

image from www.editionsdelaube.fr

La collection Aube noire s'enrichit d'un polar nouveau avec le premier roman de la journaliste Michèle Pedinielli : Boccanera.

L’enquêtrice, Ghjulia – Diou – Boccanera, sillonne Nice.

A l'évidence, après 22 ans à Paris, Michèle Pedinielli, de retour dans sa ville natale pour se consacrer désormais à l'écriture, avait  l'envie de parler de Nice autrement qu’à travers les clichés les plus éculés.

Si l’on en croit le reste de l’Hexagone, à Nice il y a le soleil, la mer, des touristes, des vieux et des fachos. Mais pas que. Il y a aussi Ghjulia – Diou – Boccanera, quinqua sans enfant et avec colocataire, buveuse de café et insomniaque. Détective privée en Doc Martens. 

 

Vieux-Nice, ville en chantier, actions et suspens garantis.

Claude Le Nocher qui s'y connait dans les codes du polar, ne boude pas son plaisir à la lecture des aventures de l’intrépide Ghjulia:  

On ne peut qu’espérer la revoir dans de futures enquêtes, aussi toniques et palpitantes.

Nissart. Mais pas que.

Longtemps après Jean-Claude Izzo et Patrick Raynal,  un polar nouveau  à découvrir.


Injures sur les réseaux : quand le service public rajoute de l'inacceptable à l'inacceptable par Ugo Pandolfi *

Dr saisie écran franceinfo

L'enquête judiciaire contre X, ouverte le 8 février 2018 après la diffusion d'un message abject sur un compte Facebook attribué à Charles Pieri,dira peut être quel est l'auteur de ces injures inacceptables.

L'inacceptable message a été retiré du réseau social suite à la demande du Procureur de la République le samedi 10 février.

Depuis, en Corse comme partout ailleurs, les condamnations sont unanimes. Les flux de commentaires s'amplifient.

Le #saloperie n'étant sans doute pas politiquement correct, certains médias rangent le traitement de cette affaire sous la prude et commode rubrique "polémique". C'est le cas des éditions numériques de France Télévisions.

Histoire de surfer sur ce buzz puant, les pages web communes de francetvinfo.fr et de France 3 Corse-Via Stella n'ont pas hésité à publier in extenso et en image grand format  bien lisible le message abject, délictuel depuis le 10 février.

Et à plusieurs reprises :   avec une mle à jour le 

Honteux !

Délictuel et honteux !

 

* Journaliste honoraire, carte de presse N° 42 204.


Thriller francophone : Elena Piacentini, plume d'or 2018

image from scripteur.typepad.com

Les résultats des prix Plume libre 2018 sont disponibles sur le site officiel  de l'association Plume libre.

Dans la catégorie "thriller francophone", la Plume d'or 2018 a été décerné  au récent roman d'Elena Piacentini, "Comme de longs échos", paru au Fleuve noir en août  2017.

Selon nos informations, Mathilde Sénéchal, jeune capitaine de la DIPJ de Lille, aurait appris la nouvelle avec une émotion certaine.

La romancière Elena Piacentini, elle, est pour moins de 48 heures à Bastia le 6 février : elle rencontre les élèves du LEP de Montesoro pour parler des rapports entre le réel et la fiction.

Anecdote qui ne s'invente pas : sa rencontre avec le public prévue, le 6, à la médiathèque de Bastia a du être annulée en raison des mesures de sécurité imposées par la venue, le 7, dans le même lieu du Président Macron.