Pierre-Arsène Leoni, le héros de la série d’Elena Piacentini, poursuit son entrée chez POCKET
Meurtres à Bastia : Amira Casar et Richard Bohringer en tournage en Corse

#incendiaires #corse : Adresse à Monsieur le Procureur de la République par Ugo Pandolfi *

Com butor 25082016
Bourdes, boulettes et bêtises textuelles n'étant pas des délits, je ne vous demande pas ici, Monsieur le Procureur de la République, d'engager des poursuites à l'encontre de l'occupante actuelle de la rue de Valois.

La méconnaissance d'un ministre de la Culture des oeuvres de l'écrivain Michel Butor n'est certes pas la pire des menaces qui fondent sur nous; même si, néanmoins, elle révèle qu'il est de nos jours possible de piétiner sans vergogne de grands textes, de ceux qui nous marquent, nous construisent, nous font être et être ensemble.

La modification n'est pas l'ouvrage de Michel Butor qui m'a le plus marqué. Boomerang par contre, le troisième génie du lieu, est un livre, paru en 1978, que je ne cesse de relire, de reprendre. Un ouvrage difficile, complexe, à plusieurs entrées. Il a cette particularité de nous faire voyager entre des pays rouges, bleus ou noirs.

D'un mot à l'autre, d'une page à l'autre, d'une encre à l'autre (il a été imprimé en trois couleurs), Michel Butor nous fait changer de races et d'yeux.

Un immense texte. 

A une échelle autre, toute différente, mais tout aussi importante pour moi, la Déclaration universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen, préambule à notre Constitution, est un texte que l'on ne saurait ignorer, piétiner, oublier de relire.

Même chose pour la loi de 1881 concernant la liberté d'expression. Idem pour la loi de 1972 contre le racisme.

Délit, la provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Délits, les propos du maire de Guargualé, fonctionnaire  territorial au conseil départemental de la Corse du Sud.

Délits incendiaires. Tolérance zéro.

Oui, des poursuites me semblent opportunes.

Pas seulement parce que nos lois sont faites pour être appliquées et respectées.

Parce qu'il me semble nécessaire, pertinent, opportun que ceux qui s'excitent aujourd'hui a jeter de l'huile sur les feux prennent la mesure des  ravages qu'ils engendrent et qu'un juste retour de flammes les sanctionne.

Comme un boomerang ?

 * Ugo Pandolfi est membre du collectif Tarra d'Accolta rassemblant 35 auteurs insulaires contre le racisme et la xénophobie. L'Adresse ci-dessus est une libre opinion personnelle. (NDLR)

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)