Previous month:
mars 2015
Next month:
mai 2015

avril 2015

Tirs croisés entre Danielle Thiéry et Elena Piacentini en Haute-Corse

Dans le joli village de Tallone en Haute-Corse, Danielle Thiéry et Elena Piacentini ont offert le 2 mai un passionnant rendez-vous à leurs lecteurs.

Danielle thiery dr

Les deux romancières, devenues amies,  ont abordé les thèmes qui leur tiennent  à coeur et répondu aux questions de leurs lecteurs et lectrices venus nombreux au rendez-vous de la médiathèque de Tallone.

Aujourd'hui écrivain, auteure de 15 romans dont Des clous dans le cœur, Prix du Quai des Orfèvres 2013, Danielle Thiéry est la première femme de l’histoire de la police française à accéder au grade de commissaire divisionnaire. Après Echanges, paru en mars 2014, le tout nouveau roman de Danielle Thiéry sort en France le 15 mai prochain aux éditions Versilio. Son titre : Dérapages.

Bien flippant -prévient son auteure- préparez-vous au pire !

 

Dr versilio dthiery

 


Une lettre explosive dans le dossier noir de la SNCM

Un groupe d’intérêts « coalisés » organise le naufrage de la SNCM depuis très longtemps.

Cette thèse, le journaliste Alain Verdi la défend et l'étaie dans son blog Pericoloso sporgersi depuis août 2013.  Alainverdi

La publication, ce 24 avril 2015, par le journal Le Marin, du courrier envoyé par les deux administrateurs judiciaires de la compagnie  maritime aux avocats de l’actionnaire Transdev autorise à penser que Cassandre, hélas, a toujours raison : les autorités politiques et l’actionnaire privé jouent un double jeu.

Lire l’intégralité de ce document explosif qui fait bondir service de presse et avocats de Transdev, et son analyse par Alain Verdi dans Pericoloso sporgersiÉdifiant ! 


Collecte pour la librairie L'Attrape Mots à Marseille

La librairie indépendante L'Attrape Mots, à Marseille, animée  par  Agnès Gateff  et Corinne Marziou, va pouvoir prendre un nouveau souffle en maintenant les emplois, en faisant des travaux et en investissant pour l'avenir. Sa campagne de collecte de fonds  lancée via ulule est d'ores et déjà très encourageante : 230% de réalisé sur le premier objectif de cette librairie dont l'aventure se poursuit depuis 13 ans, rue Paradis.

7fca372baaadb2d35b7cd14cdfc237

"L'Attrape-mot -soutient l'écrivain Jean Contrucci- a besoin du soutien moral et matériel de tous ceux qui croient que les librairies indépendantes sont irremplaçables face aux supermarchés du fast-bouquin."


Tim Willocks et R.J. Ellory en tournée en Haute Corse

Dr 2
Dr lddm

Les deux célèbres auteurs de romans noirs seront en Haute-Corse pour une tournée des bibliothèques organisée par le service des bibliothèques départementales de Haute-Corse. Une occasion exceptionnelle de rencontrer dans des conditions privilégiées deux écrivains passionnants.

Le programme complet de cet événement avec R.J. Ellory, auteur de Seul le Silence et Vendetta, et Tim Willocks, auteur de Green River et de La Religion :

Lundi 13 Avril à la bibliothèque de Solaro à 18h00
Mardi 14 à 17h30 à la bibliothèque de Calvi
Mercredi 15 à 10h00 rencontre avec les étudiants en Master d’anglais à la Médiathèque Centre Corse, à 16h à la bibliothèque d’Aleria
Jeudi 16 à la Médiathèque Centre Corse de Corte.

De très bons bad signs

Après  les  récentes rencontres avec Elena Piacentini et avant la venue prochaine à Bastia de James Ellroy, on peut dire que les amateurs de noir sont vernis ! Comme le disent bien les libraires de La Librairie des Deux Mondes à Bastia : en ce moment, c'est un peu Noël pour les amateurs corses de romans de genre. 

Un grand coup de chapeau et un immense merci aux animatrices du service des bibliothèques départementales.


Cabu, ton beauf ...par Michel Moretti

MM DR
Voilà que parmi les virus qui touchent la langue parlée, le "voilà" prolifère, ponctue la phrase, interjecte au hasard de la respiration, évacue la fin de la pensée, voilà. Il suffit d'y prêter attention et pis voilà on en débusque partout des "voilà".

Et v'là une sacrée catastrophe que ce maudit copilote. En Allemagne, on produit de belles bagnoles, on fait dans le sérieux, le propre, on donne volontiers la leçon, on y fabrique aussi de sacrés monstres. Les géraniums obligatoires ornant les balcons et les fenêtres de ces germanies nommées en lettres gothiques me malaisent. Décor figé, terminé d'une esthétique conformiste, totalitaire. Le petit hitler le peignait, il en tira sa supériorité névrotique. Intoxiqués au géranium, voilà !

En v'là bien du souci avec ces élections. Confier la santé, la protection sociale, l'éducation au front national... en voilà une idée ? Et voilà pourtant ce qu'étaient prêts à faire une tripotée de nos cons citoyens qui ignorent tout des compétences des Conseils départementaux. Tiens, voilà un tract de binôme con sait pas qui c'est, au verso un programme calqué démago-national. Et voilà que ça marche, ça défoule paraît-il.

Mais voilà, beaucoup sont amnésiques de l'origine de ce parti imposteur, dans la ligne de barrès, maurras, du régime de vichy et sa révolution nationale, usurpant le nom du mouvement communiste de la Résistance, activiste des pires moments de l'algérie française, o.a.s. compris, ouvertement antisémite, anti-avortement, anti-homo, anti-énarque, anti-système, dirigé par les héritières et un énarque gay, financé par des emprunts russes, ramassis d'intégristes, de têtes brûlées, de frustrés d'autorité, de visionnaires d'un monde simpliste, de manichéens où la peur et la haine de l'arabe tiennent lieu de pensée, de fanatiques colériques identitaires... et revoilà la nausée. Cabu, ton beauf...

On se doit de savoir que l'extrême-droite a toujours procédé ainsi pour accéder au pouvoir, dénonce le système dit pourri, se victimise, fabrique un discours plébéien, surfe sur les frustrations avant de s'imposer par la menace et la force, marionnette d'intérêts cyniques qui la manipulent. Vois la bête immonde toujours tapie, vois là ! A l'affût elle se repait de la misère.

Ici on s'est bien défendu, on est en "rose"sur la carte, j'apprécie les élus pour qui j'ai voté. Voilà. On en oublierait presque que voilà le Printemps, les fritillaires frétillent, les prunus pétalent, les narcisses se la jouent, les matous et les minouches se maiouent, l'herbe pousse sous les vaches.

Je sors de ma torpeur et sens comme une vague joie de vivre au delà de cette marée noire putride. Et v'là l'bon vent, ma Mie m'attend.