Previous month:
mars 2014
Next month:
mai 2014

avril 2014

Un entretien avec l’écrivain Gabriel Xavier Culioli et le journaliste Enrico Porsia

Photo (9)Violence, spéculation, statut de résident, clanisme, menaces sur des élus...Le journaliste Enrico Porsia livre dans le magazine en ligne bakchich.info un long et riche entretien avec l’écrivain Gabriel Xavier Culioli. Le regard corse que l'auteur de La Terre des Seigneurs  porte sur le présent de son île n'est guère réjouissant, même si l'écrivain ne tient pas à jouer "l'éternelle Cassandre". 

Il va arriver un moment -pense Gabriel Xavier Culioli- où, sans véritable rupture, nous nous rendrons compte que nous sommes livrés à nous mêmes pour le meilleur et pour le pire. Mais nous conserverons nos réflexes de colonisés, de nègres blancs attendant de Paris la solution aux problèmes que nous n'arrivons pas à résoudre. Mais seul le silence nous répondra. 

L'entretien publié ce 30 avril par bakchich s'intitule :  «Le statut de résident est une tarte à la crème». A lire !


La presse oublie facilement les noms des victimes par Ugo Pandolfi

Ugop_cafeA Bastia, le 24 avril 2014, le tribunal de l'application des peines a rejeté par jugement  la demande de libération conditionnelle formée par Joseph Thomas Recco, 80 ans, ainsi que sa demande de suspension de peine pour raison médicale. Le parquet de la République avait requis le maintien en détention. Les parties civiles s'étaient également opposées à une remise en liberté de Recco. Celui-ci  qui avait été condamné en juin 1983, par la cour d’assises de Draguignan, à la réclusion criminelle à perpétuité  pour deux triples homicides,  les tueries de Béziers en décembre 1979 et de Carqueiranne en janvier 1980, avait  déposé une énième demande de libération conditionnelle :  la cinquième en l'espace de neuf ans. Il y a six ans déjà, selon ses avocats, Recco était "en phase terminale" (sic). Tous les journaux de presse écrite qui ont relaté la décision de justice qui maintient, à sa place, en prison ce tueur multirécidiviste ont souligné que Recco détenait le record des années passées en prison. Aucun n'a pris la peine de rappeler les noms de ses victimes. Il y a 34 ans, Sylvie Maurel, Josette Alcaraz,  Renée Chamayou, Sandrine Le Goff, 11 ans, Gilles Le Goff, son père, et Jacques Coutrix ont été les victimes de ce prédateur. Le 24 avril dernier, la justice a estimé qu'il était toujours dangereux.


La très sérieuse interpellation du ministre de l'Intérieur par les policiers de Corse

Si toutes les écritures policières ne sont pas bonnes à lire, il y en a des incontournables. Le manifeste, argumenté et chiffré, de 38 pages que l'intersyndicale des policiers de Corse, rassemblant dix syndicats unanimes, a pris la peine de remettre le 15 avril aux préfectures de Corse, à Ajaccio et Bastia, est un document exceptionnel, rare et précis sur les réalités de la police judiciaire dans l'île. Il mérite la plus grande attention.

Préfecture de Bastia-15 avril 2014- DR

Graves, sérieux, attentifs à ne pas compromettre les missions que l'actualité insulaire aggrave au fil des jours, le 15 avril, les personnels de tous les corps de la Police Judiciaire en Corse ont tous pris sur le temps de leur pause déjeuner pour le transmettre à leur ministre. Le dossier a la température de la patate brûlante. Il concerne le projet ULCOC (unité de lutte contre la criminalité organisée en Corse), conçu par la direction générale de la police et celle de la gendarmerie, présenté en janvier dernier par Manuel Valls et censé entrer en vigueur en septembre 2014. Le manifeste des policiers de Corse compléte désormais le dossier qui trône sur le bureau de Bernard Cazeneuve, successeur de Manuel Valls au ministère de l'Intérieur. Dans son manifeste du 15 avril, l'intersyndicale corse des policiers qui en appelle publiquement à l'arbitrage du ministre de l'Intérieur, expose ce qu'exige la réorganisation de la police judiciaire en Corse. Son préambule a le mérite de la clarté. Il demande une remise à plat de la réforme, un nouveau  projet, en concertation, à partir d'une "page blanche".

" L'Intersyndicale Corse renouvelle l'expression unanime de son rejet total et global du projet de réforme ULCOC , inefficace et nuisible, sensé mieux lutter contre la criminalité organisée et le terrorisme.
Cette position commune a été exprimée, tant par les représentants locaux que nationaux.
Aucune réforme en Corse n'est efficace et acceptable si elle ne repose sur un diagnostic partagé de la délinquance, un respect de la compétence et de l'engagement des personnels des services, une adhésion réelle de tous les agents et de toutes leurs organisations représentatives pour aboutir à une redéfinition claire des attributions des forces de police et de gendarmerie.
En conséquence, toujours dans l'attente d'un éventuel nouveau projet alternatif élaboré en concertation, l’Intersyndicale Corse se voit dans l'obligation de s'opposer encore plus fermement à ce projet qui n’a toujours pas été reconsidéré, et au dialogue social qui n’a pas été renoué.
Les personnels de tous les corps de la Police Judiciaire en Corse, d’Ajaccio à Bastia, ne peuvent se satisfaire du dialogue de sourd qui perdure, face à une administration qui refuse de remettre son projet actuel inopérant sur le métier, et d'annoncer un calendrier de négociation rallongé.
Pourtant l’Intersyndicale Corse est prête à accompagner un nouveau projet de manière constructive, lors « d’une remise à plat ». Et les professionnels de terrain de tous grades et fonctions se sont déjà concertés sur un projet global plus efficient, soucieux des coûts humains et logistiques inhérents à la réforme.
Monsieur le Ministre, vous avez accès aux éléments démontrant les incohérences de ce projet qui nourrira ce qu’il prétend combattre, et imposé dans une précipitation inacceptable. (cf pièces jointes).
Aussi, Monsieur le Ministre, l’intersyndicale Corse en appelle publiquement à votre arbitrage.
Au titre de l'action syndicale et à compter de ce jour, l’Intersyndicale Corse usera de toutes les possibilités d'expression des positions et des personnels qu’elle défend."

Il faut lire l'intégralité du manifeste intersyndical remis le 15 avril 2014  par les policiers de Corse. Un document incontournable sur les réalités de la police judiciaire en Corse et l'action conduite par l'intersyndicale des policiers depuis février 2014.

Téléchargement L'Intersyndicale Corse continue à dire non-9 

Des écritures policières à entendre ! L'interpel est sérieuse. 


Valls star ! par Michel Moretti

MM DRJe me souviens de la Valstar rouge, bière dégueue vendue en bouteille d'un litre, sitôt ouverte, sitôt éventée. Rien à voir bien sûr avec le brillant tournant stratégique post-municipal. Je reste sous le choc de la curée bastiaise. L'hallali anti-zucc entre fiston-natio, ump, ps et rdg. Fallait le faire, c'est fait. J'étais déjà pas chaud du tout pour le projet de nouveau port défendu par fiston-zucc, comme si y avait pas assez de ports en Corse. Une juteuse opération consistant à privatiser moults anneaux grâce aux milliards publics. Le tout à proximité immédiate d'une zone écologique ultra sensible. Un sac de noeuds coulants. Enfin, y a des coins où ça se règle à la winchester. Mais je vote à côté...

Chez mon deuxième chez-moi, où je vote pas, la gauche est passée, une dame en plus, en loucedé, entre 2 listes de droite de mecs aux égos paspatibles. Victoire, ou plutôt Nathalie, elle s'appelle mon guide municipal.

C'est vrai que mon François, il s'est pris la veste, même à Limoges ! C'est féroce l'électeur, c'est en ça qu'il est maître ! Ca mégote, ça s'abstient, ça trahit, ça règle ses comptes, une sorte d'intelligence collective qui parfois plonge dans la connerie, façon chevaux de la roche solutré. Faut dire que mon François, il rame. Faut dire que la presse le presse. Faut dire que Ségolène ministre, ça fait disjoncter closer !

Côté nostalgie, le sarko commence à avoir du plomb dans l'aile, on commence à ne plus voir la ligne de flottaison. Entre le buisson greffé de micros et les écoutes de tonton bismuth, on débarque dare-dare chez signé furax qui n'est pas assez enseigné dans les écoles.

C'est vrai aussi qu'on ne peut pas comprende poutine si on ne potasse pas assez son signé  furax. Machiavel, c'est pas mal mais ça date, faut actualiser. Curieux comme les infos en direct de la place de Kiev ont subitement laissé la place à l'absence de place. Quelques face à face entre militaires russes (non identifiés) et ukrainiens (non armés) et puis pfuit ... Silence, la Crimée ne paie pas.

On vit un monde formidable ! Un peu moins avec la disparition de Jacques Le Goff qui nous aura laissé une bien belle Histoire, celle de Nous au Moyen-Age, une Histoire à faire aimer la connaissance, à savoir de quoi de qui on est fait, à comprendre ce merveilleux paysage français saccagé à coup de zones commerciales. Depuis Reiser et Pierre Dac, j'ai du mal à actualiser. Update failed.

Sinon je hume ma glycine à m'en shooter. Mes tulipes sont belles à en crever, ce que je m'efforce d'éviter. Minou et Minouche valsent avec dormir. IMG_2702


Les conseils lectures de Nord-Pas-de-Calais Matin

France3nordLa dynamique présentatrice de "Nord Pas-de-Calais Matin" a  de bonnes et belles lectures: Christine Defurne a en effet accueilli la romancière Elena Piacentini dans sa matinale du 3 avril dernier et présenté Le cimetière des chimères,  Prix Calibre 47. Plus au sud, au nord de la Méditerranée, les téléspectateurs insulaires attendent toujours qu'on leur parle un peu de l'oeuvre de la plus nordique des auteures corses: las, en matière de polars, les chroniqueurs littéraires de l'émission régionale Via Cultura ne jurent guère au delà de George P. Pelecanos. C'est beaucoup plus tendance !


Edmond Baudoin sur le chemin de la BD à Bastia

DR Girelles Productions
Scénariste, dessinateur, coloriste, Edmond Baudoin est l'un des prestigieux artistes invités des 21 eme rencontres de la BD de Bastia. Un chemin avec Edmond Baudoin, documentaire réalisé par Jacques Samson et Christophe Camolrano, co-produit par Girelle Production et France Télévisions, est projeté au musée de Bastia le 5 avril. Les 21 eme rencontres de la bande dessinées et de l'illustration, organisées par le centre cultural Una Volta accueillent 24 auteurs et présentent 12 remarquables expositions.