En 2014, on vous le dit aussi en HTML 5
Baiser collé, une nouvelle inédite de Jacques Mondoloni

Signé Furax par Michel Moretti

Detroit-train-station1 (1)

Malheur aux Barbus ! A bas le wahhabite (de cheval) ? Abbas le ouaibemasteur ? Quenon, France-Culture a réenregistré la première série perdue de Signé Furax et diffuse un épisode chaque jour à 11h50. Sublimes et adorés Pierre Dac et Francis Blanche, sans oublier Pierre-Arnaud de Chassy-Poulay. Mes Frères-Noël.

On peut aussi fictionner sur "Fort McMoney" de Stéphane Dufresne, auteur de Prison Valley, sauf que là on est en liberté dans la taïga du Nord Alberta Canadien ravagée par l'exploitation des sables bitumineux, une ruée glaciale contemporaine pleine de charlots. C'est sur Fortmcmoney.com, tu sors furax.

Pour récupérer tu peux te taper les 800 pages de "Baltimore" de David Simon qui te drive chez les flics de la brigade criminelle, on suit les meurtres affichés sur le tableau, résolus, pas résolus, évaluation municipale... et jungle, récit de guerre où les jeux des élus croisent ceux de la rue, où le black tue le black, où le sphinx dévore ses ignorants camés, apocalypse urbaine US. "Il  était vivant quand on est arrivés - Ah ouais ? - On lui a demandé qui lui a tiré dessus - Et ? - Il a répondu : plutôt crever !" On peut dériver sur The Corner, the Wire... Une Amérique rouillée qui ne produit que du chaos...

On peut hésiter entrer les colonies israéliennes en Cisjordanie (en Palestine), les bidons de TNT sur Alep, sur la Syrie ravagée, sur le hezbollah, sur les milices de Centre-Afrique, sur les massacres du Sud-Soudan, sur les mariages forcés de gamines marocaines avec des Arabiens Heureux, les seins pincés et les excisions de fillettes africaines... On a le choix, l'info t'informe ! T'y peux couic mais tu te taraudes !

J'ai retrouvé -difficilement- les camps de Bias et de Sainte-Livrade à côté de Villeneuve-sur-Lot. Camps d'histoire tragique de déportation, d'internement. Espagnols, Viets-Namiens, Cambodgiens, Algériens, scories de l'histoire des convulsions de l'Empire disparu. Baraques sur les rives humides du Lot, des planches à la charlot qu'on reconstruit, ils ont pas voulu partir. Y a toujours les arabes, dit un voisin. Mémoire fragile, rancunière.

Rien à voir avec cette sauvagerie américaine, violente, exterminatrice, bisons, indiens et ghettos noirs, latinos, de génocides et d'apartheids. Anglo-saxon méthodiste, méthodique, fanatique, exterminateur, oublieux parcequ'élu de son dieu. Je rêve d'une Amérique issue de Champlain, métissée de micmacs poitevins ! Comme le sont beaucoup de québecquois.

Enfin on peut conclure par quelques vues de Détroit, Michigan, où la réalité écrase la fiction. Casse urbaine de la ville qui a produit les plus dingues bagnoles Studebaker, Packard, Cadillac, Ford T... Ville trahie, abandonnée. C'est ça l'amérique, du rêve et, surtout, du cauchemar. Rouge-detroit

Chavirorotentachamipatarotrotbrulapatatacha, me contait ma grand'mère. J'ignorais que c'était l'hymne de la secte honnie des Babus... En parlant du Chat, il hait le poêle à granulés qui croque plus de croquettes que Lui. Bannanée ! Michigan-Building-un-parking-dans-un-ancien-theatre-Detroit-Etats-Unis

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)