Ma ché cocoetier ? par Michel Moretti
Réalisateur cherche hangar agricole avec vue

Insupportable et révoltant oubli du quotidien Corse-Matin par Ugo Pandolfi

6a00e54efcba6b883401774371dc84970d-120wiL'oubli -a écrit Georges Sand- est un monstre stupide qui a dévoré trop de générations. Tommy Recco plaide pour mourir libre a titré sur sa Une le 1er décembre 2012  le quotidien Corse-Matin. L'intégralité de la page deux du quotidien insulaire était consacrée à l'audience  de la commission près le tribunal de l'application des peines qui avait eu lieu la veille  à la maison d'arrêt de Borgo en Haute Corse.  La justice examinait la demande de suspension de peine pour raisons médicales  déposée par Joseph Thomas Recco, 78 ans, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1983 pour deux triples homicides,  les tueries de Béziers en décembre 1979 et de Carqueiranne en janvier 1980. La décision a été mise en délibéré au 18 décembre. Intitulé Tommy Recco voudrait retrouver la liberté, l'article en page intérieure de Corse-Matin précise bien que le Parquet de Bastia et les parties civiles s'opposent à la requête de Recco.

Léger oubli ou simple négligence:  Il omet de souligner que les experts entendus estiment que l'état de santé de Recco n'est pas incompatible avec son incarcération.

Omission volontaire insupportable et révoltante mise en oubli: trois petites lignes en note de bas de page de cet article évoquent les six victimes du prédateur, sans les nommer, sans accorder un peu de place dans la page à la liste de leurs noms et prénoms.

Quel sens donner à une telle pratique journalistique qui,  oubliant de nommer les victimes de ce tueur multirécidiviste, surligne dans son titre que ce dernier veut mourir libre ? Tout assassin rêve d'effacer la mémoire commune- répond Roberto Scarpinato quand il explique pourquoi il est vrai que la mémoire est subversive: c'est le passé qui revient, un index accusateur pointé contre les assassins.

En oubliant de nommer les victimes de Recco, le quotidien Corse-Matin se rend-il seulement compte qu'il fait entrer ses lecteurs dans le déni même par lequel Recco le prédateur, innocent comme le Christ (sic) se défend depuis toujours ? Ce qui est arrivé n'est pas arrivé. Insuportable et révoltant. A crier. Sylvie Maurel, Josette Alcaraz,  Renée Chamayou, Sandrine Le Goff, 11 ans, Gilles Le Goff, son père, et Jacques Coutrix ont été les victimes de ce tueur. N'oublions pas !

Commentaires

Stéphane

Merci beaucoup pour cet article que je découvre.

Sandrine était dans ma classe, et le souvenir de sa disparition est encore présent...
J'ai 45 ans, elle n'en a vécu que 11.....

Il a tué l'innocence d'une enfant et "une partie de la notre" en 1980.

Que ce monstre ne sorte jamais.
Ce n'est pas parce-qu'il est vieux, qu'il est devenu inoffensif ou innocent.
Comme le jugement l'avait prévu, que ce meurtier meure en prison !!!

Saaskia Aark-Bennett

Merci, Ugo Pandolfi, de nous avoir alerté - de nous avoir ouverte la pensée... Non, on ne voudrait pas oublier...

marc Tomasini

Je partage l'opinion d'Ugo Pandolfi qui s'élève contre cette habitude que nous avons trop souvent d'oublier les victimes

Allezsavoir

Certes, mais dès fois qu'il sorte... peut-être était-il judicieux de la part de Corse-Matin d'accompagner l'idée d'une sortie. Peut-être que d'autres n'ont pas oublié. Peut-être est-il attendu, et, alors, ce serait une bonne chose qu'il sorte. Mais bon, la vie n'est pas toujours un polar pétri de rancoeurs tenaces.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)