Sans bandit, ni vendetta: l'anthologie d'une Corse inattendue présentée par Jacques Moretti
Parole à méditer

Morceaux choisis dans un texte clos (page 290)

Durant l’été 2006, Antoine Desanti pris la décision de se mettre à écrire. Si le roman policier peut être considéré comme une sorte de dissection du corps social qu'il décrit, il faut bien un cadavre au départ.  La pratique d'une autopsie sur un corps encore animé serait en effet -nota Desanti- un acte de pure barbarie.

Ugo Pandolfi: Du texte clos à la menace infinie, collection Nera, Editions Albiana, ISBN : 978-2-84698-341-9

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)