Dans le chou, en avoir ou pas
Brice de Tunice par Michel Moretti

Sur Arte: un thriller sanglant et allégorique dans un "pays imaginaire"

Affiche.jpeg,243,324 Arte diffuse le 25 février à 20 h 40, le film Main basse sur une île réalisé par Antoine Santana, co-auteur avec Jean-Paul Brighelli du scénario. Inspiré de l'assassinat du préfet Claude Erignac et adapté d'un roman de Jean-Paul Brighelli. Ce film est un thriller nerveux sur fond d'affaire d'Etat: il dépeint-souligne Arte- une réalité crédible : celle d'une terre livrée au pouvoir de l'argent et des armes, arrière-cour d'un État français qui, de la droite à la gauche, y joue depuis trop longtemps ses coups les plus tordus. "Un pays imaginaire", prend soin de  préciser le réalisateur Antoine Santana. Main basse sur une île réalisé en co-production avec Arte est une  fiction de la société ADR Productions.

Commentaires

David Pietri

Un pays imaginaire où l'on tue, comme ailleurs, pour de l'argent. Parfois, pour rien.

Ugo Pandolfi

Les commentaires sur ce blog sont bienvenus et modérés a posteriori. Les seuls commentaires qui sont supprimés sont ceux qui ne respectent pas la nétiquette et les lois en vigueur concernant l'expression publique.(NDLR)

Valérie de Bastia

Je n'écris plus de commentaire sur ce film car le mien a été supprimé ... vas savoir pourquoi ...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)