Previous month:
novembre 2010
Next month:
janvier 2011

décembre 2010

Lisez les fêtes en noir

Creabois Sur l'air de nos copains d'abord, la petite sélection insulaire qui suit est loin d'être exhaustive. Elle nous tient à coeur, tout simplement. Entre le dernier Henning Mankell paru en France (L'homme inquiet) qui est une pure merveille (même si c'est râlant de savoir qu'on n'aura plus de nouvelles de Kurt Wallander) et les plus récents écrits  de Michel Serres, faut bien penser qu'un petit tour en Corse s'impose.

Bonnes fêtes et surtout bonnes lectures.

Lire la suite "Lisez les fêtes en noir" »


Jean-Pierre Orsi se souvient des coup de règles de son instituteur...niçois

Invité de l'émission Ma Corse me suit partout le 2 décembre dernier, le romancier Jean-Pierre Orsi a annoncé le lancement du deuxième concours de nouvelles policières en langue corse organisé en partenariat avec la collectivité territoriale de Corse. La clôture des envois pour les participants est fixée à  la fin février 2011 et les dix meilleures nouvelles feront l’objet d’une publication par les Editions Ancre Latine.


Ségo m'a achever ! par Michel Moretti

Mal Chronique par Michel Moretti Ca fait bien une demi-douzaine de chroniques avortées. Quand tu lis rien, ô rare lecteur adoré, c'est que je souffre. Là je suis en péril, tout fissuré, tutto rovinato.

Je pensais avoir atteint le fin fond de la désespéritude avec le karachi dans la colle, le à demain les pédophiles, le copé feuilletant ostensiblement ses dossier sous le nez du fillon, le suif suintant du bertrand renommé, le juppé gobant son otan réintégré, le lefèvre relooké, le villepin venimeux, la mare visqueuse de limaces centristes, la chute monétaire de la guiness, la balance des potins dits diplomatiques, les bombes nordcoréennes sur l'île voisine, ladygaga et justinbieber... l'arrivée de la neige et du verglas. Bref cette grosse déprime qui commence avec la fin du soleil. J'en arrivais à être presque triste pour estrosi.

Sinon, ça fume, les nasaux dilatés, ça piaffe dans le box. A la corde, mélanchon mélanche tout. A la pelouse, valse et montebourin suffoquent tandis que fabius visse son silencieux. A la rivière, dominique et martine sont sur un bateau...

Et PAF ! l'infernale ségolène débarque, armée du sourire diabolique de l'illuminée et nous balance illico sa purée de et patati et patata. La ségo m'a achever !

Quand en finira-t-on avec cette tragique course de dingues ? L'élection présidentielle confisque la vie politique, obsession ultime pour le pouvoir suprême. On a même réussi à refiler ce choléra à haïti et à la côte d'ivoire. Farce populiste, pseudo-démocratique.

 Suis las de cette volière de primates grotesques. De ce système pervers. Quatre ans putain !