Les auteurs viennent de Mars et les lecteurs de Venus (suite 7) par Denis Blémont-Cerli
Serge, c'est vraiment n'importe quoi par Ugo Pandolfi

La chjama du quidam par Jean-Paul Ceccaldi

Encrejpcok J’ai allumé ma lanterne. Je cherche un quidam, un vrai , un quidam authentique…Quidam, c’est moi, c’est vous, c’est nous. Peu importe qui parle, l’important est ce qui est dit.

Diogène_lanterne S’adresser par écrit à des lecteurs éventuels en donnant une opinion peut apparaître prétentieux lorsque l’on est un quidam ou manipulateur si on est considéré comme pouvant prendre la parole. C’est en quidam que j’écris et si mon avis ne vaut pas mieux que le vôtre, il ne vaut peut-être pas moins. En partant de ce postulat, on pourrait  établir sous la rubrique « Quidam » un chjam’é rispondi…

 

Un « chjam’è rispondi » est un exercice vocal ( debout, face à face, sans accompagnement instrumental et en public). Il consiste en une libre improvisation poétique très rythmée pratiquée par deux ou plusieurs poètes , sans critère d’âge ou de condition sociale, à l’occasion d’évènements publics : fêtes, concours, foires, noces, tontes des brebis. Si la mélodie de départ du Chjam’è rispondi est personnelle, le schéma musical repond, lui, à des règles constantes ( mélodie pentatonique descendante, avec suspension sur le second degré à la fin du premier vers, une fausse résolution à la fin du second vers, et un final qui s’achève sur la tonique du troisième vert). Il n’y a pas de thème imposé hors la poésie elle-même.

 

Nous n’imposerons pas la poèsie sans l’exclure.  Pour la rubrique « Quidam », nous retiendrons du Chjam’é rispondi que le contenu s’appuie couramment sur les débats de société qui sont de l’actualité proche ou «l’air du temps ». La règle veut que, dans cette joute oratoire, l’on reste d’une part toujours courtois (obligatoire) et pétillant d’esprit ( ici, facultatif)  et d’autre part que la réponse (risponde) s’appuie sur le sujet de départ appelé , tel qu’il est énoncé dans le premier couplet ( à chjama = l’appel).

 

A chjama : Aujourd’hui, je vais prendre prosaïquement  le risque de commenter la rencontre entre Le Président Sarkozy et le Dalaï Lama. Ne voyez dans mes propos aucun ostracisme ou racisme envers le peuple chinois.

 

Le président Sarkozy est poursuivi par la vindicte chinoise jusqu’en Pologne pour avoir rencontré le Dalaï Lama en catimini dans la cité hanséatique du Nord de la Pologne, où se déroulait une cérémonie réunissant plusieurs Nobel de la Paix autour de Lech Walesa, ancien président polonais et dirigeant historique du syndicat Solidarnosc.

 

« Cette rencontre est assurément peu judicieuse et blesse non seulement les sentiments des Chinois, mais mine aussi les relations sino-françaises », écrit Chine Nouvelle.

 

"Le gouvernement et le peuple chinois... s'opposent fermement à tout contact d'un dirigeant étranger (avec le dalaï lama) sous quelque forme que ce soit", poursuit-elle. "La partie française, toutefois, sans tenir compte de la grave préoccupation de la Chine et de la situation générale des relations sino-françaises, a pris une initiative opportuniste, irréfléchie et à court terme pour traiter de la question du Tibet", ajoute Chine Nouvelle.

 

Et qui plus est, la presse officielle chinoise aurait traité le Président de la République française d’imbécile pour marquer son mépris.

 

Pourquoi prendre cet exemple cuisant de l’actualité ?

 

D’abord, il faut dire que les gens vindicatifs  redoublent les coups  sur celui qui a le ventre mou pour le faire plier. Les autorités chinoises ont usé auparavant de l’argument de leur puissance économique pour empêcher que cette rencontre se passe officiellement en France. Ils agitent encore cette menace jusqu’à l’insulte. Il s’agit bien là d’une stratégie qui consiste à menacer, avec arrogance, de représailles économiques tous les dirigeants qui voudraient rencontrer ou ont reçu le Dalaï Lama. Cela démontre qu’il ne sert à rien de ruser diplomatiquement avec des régimes non démocratiques. La méthode des Chinois est la même que celles des autorités turques dans la négation du génocide arménien, lorsqu’ils usent de l’argument de leur force au Moyen-Orient et de leur importance stratégique  pour menacer les pays du monde entier et faire taire leurs dirigeants.

 

Alors, la question se repose sur les derniers jeux olympiques organisés en Chine Fallait-il vraiment y aller ? Nous pensons que non. C’était accepter le « Circulez ! Il n’y a rien à voir au Tibet ! Affaire interne ! » … tout en donnant à la Chine le soin d’organiser le plus grand rassemblement sportif et  fraternel à l’échelon planétaire ? Des sportifs de toutes les nationalités sont allés en Chine pour décrocher la lune sans voir la nuit sur le Tibet.

 

A quoi cela à servi que le Président Sarkozy évite de croiser à l’époque le Dalaï Lama ? A montrer un ventre mou sur la question humanitaire du Tibet qu’il n’évoque d’ailleurs que de façon allusive.

 

Au-delà du problème chinois, c’est la grande question de la sécurité des minorités dans le monde qui reste posée.

 

Après le génocide arménien, rien n’a changé. Après la Shoah, rien n’a changé. Après le Cambodge, le Rwanda,  Srébénica au cœur de l’Europe (symbole de la honte de la communauté européenne) … rien n’a changé !

 

Main d’œuvre exploitée, matières premières, produits à bas prix, stratégie militaire… pour des raisons hautement géopolitiques ou en général bassement matérielles, les grandes puissances acceptent cyniquement que des gens soient opprimés et massacrés sous des prétextes souvent raciaux et religieux.

 

C’est en commençant par plier sous les menaces telles que les pratiquent les autorités chinoises, turcs où autres, que l’on a accepté les génocides d’hier, qu’on accepte ceux d’aujourd’hui et prépare ceux de demain.

 

La Chine ! Le Darfour ! Le Tibet ! … Et après ? La Russie ! La Tchétchénie ! La Géorgie !… Et après ? … Les USA ! L’Irak ! …. Et après ? …

 

ONU, OTAN,  CEE, OUA (devenu UA)…. Des sigles ! Des institutions internationales au sein desquelles Diogène de Sinope aurait pu se promener en plein jour avec sa lanterne et répéter : « Je cherche un homme, un vrai, un homme authentique ».

 

En remplaçant la lanterne par mon ordinateur, j’attends de vous lire… votre opinion m’intéresse ! … Vous avez lu « a chjama ». Maintenant c’est à vous !

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)