Galeria par Thierry Venturini
Ferey, Evangelisti, Manchette, Mesplède

Mon patron est un salaud comme les autres par Denis Blémont-Cerli

Dbc_dessin_mix_mix_deux J’y songeais l’autre jour en recevant mon salaire de chroniqueur à Corsicapolar : c’est ahurissant comme les gens peuvent être méchants et donner d’eux une image complètement fausse... Ne trépignez pas ainsi, je vais vous raconter ça illico dans le détail.

7884444 Bien sûr, je sais par avance que cette narration va vous navrer, mais je crois que par les temps qui courent, entre vos actions chez Lehmann Brothers et vos enfants qui vous méprisent, il en faudrait plus pour vous abattre définitivement.

Donc l’autre jour le rédac-chef de Corsicapolar m’appelle au téléphone et m’annonce tout de go cette terrible nouvelle.

– ça va mal ! La crise est là, pour tes rubriques je ne pourrai plus te donner 0,1 centime par COD du verbe avoir. En vérité, je ne vois plus qu’un moyen pour te rétribuer, c’est de t’envoyer des produits de mon jardin…

Qu’est-ce que vous vouliez que je réponde à cela ? J’étais pris en otage. Donner ma démission ? Pour faire quoi ? Vous avez vu les files à l’ANPE ?

De toute façon, avec ce type il n’y a jamais rien à discuter, pour faire sauter les acquis sociaux acquis de haute lutte par nos anciens il s’y entend, il connaît sa panoplie libérale sur le bout des ongles : – tu ne vas pas te comporter comme un fonctionnaire alors que le pays est sens dessus dessous par la faute des socialistes ! Bloquer les réformes du Code du travail c’est envoyer le système capitaliste dans le mur, si on vous écoutait, vous les masses laborieuses, la bourse et la finance s’écrouleraient dans un krach pire qu’en 1929 !

Il faut reconnaître que ses arguments portent, considéré de son point de vue, c’est vrai que si nous n’avions pas été aussi feignants à toujours nous mettre en grève pour un salaire décent, le monde irait bien mieux aujourd’hui, c’est évident.

Et figurez-vous qu’en plus d’accepter ses légumes du marché, il m’a obligé à travailler le dimanche !

– Une chronique par jour et un point c’est tout, tu prends ou tu laisses, j’ai deux cents candidats pour ton remplacement qui sont prêts à commencer demain. C’est le deal mon vieux, travailler plus pour… travailler plus et comme ça tu resteras devant ton clavier et tu ne dépenseras pas ton argent au supermarché…

Évidemment, ceux qui connaissent le rédac-chef de Corsicapolar doivent se pincer : et dire qu’on le croyait de gauche ! Ah il cache bien son jeu, je vous l’affirme haut et fort, il n’y a pas plus réac que lui !

Donc j’en étais là de mes réflexions sur le méchant bonhomme quand j’ai reçu, comme convenu, son premier colis de ses « légumes du jardin ». Quelle surprise ! Génial ! Deux kilos de savoureuses châtaignes corses !

Je fais aussitôt un feu et j’en grille quelques-unes, je goûte… HORREUR ! POUAH !

Figurez vous qu’il m’avait envoyé des marrons du marronnier d'Inde, cet arbre si fréquent autrefois dans nos cours d'école dont les fruits sont non comestibles.

Depuis j’ai su qu’Eléna Piacentini avait reçu des orties en guise de scaroles et Michel Moretti des férules pour des asperges… Quand je vous disais que c’était un salaud…

* Tous les jours, y compris le dimanche, retrouver Michel Moretti dans Mal Chronique, Elèna Piacentini dans Elénarration et Denis Blémont-Cerli dans Homo machinus sempre emmerdae

Commentaires

Michel

Et le paiement rétroactif des heures passées au Zanzi Bar ? Et la liberté de choix du gronicqueur ? L'avoir l'emporte toujours sur l'être même si y en a pas beaucoup. Misère ! Résigné, je concocte une chronique vengeresse en me balançant à ma corde.

La société des Rédacteurs communique

Suite à une entrevue avec la direction, la société des rédacteurs se déclare satisfaite des avancées obtenues en faveur des Ghronicheurs réguliers. Plusieurs décisions importantes ont été acquises:
1/ Le principe d'un versement de 2 centimes d’€ par COD du verbe avoir réclamé par quelques ghronicheurs est accepté lorsque le COD se trouve avant le verbe.
2/ Les COD placés après le verbe n'ouvrent droit à aucune rémunération.
3/ Afin de faciliter la comptabilité de ces différents avantages qui feront l'objet d'un avenant, les rémunérations ainsi obtenues sont annualisées et transformées en journée de RTT. Celles-ci s'ajouteront automatiquement aux jours de congés conventuels dans le cadre d'un CET (contrat épargne temps) dont la seule gestion incombe à l'encadrement de la rédaction.
4/ Les ghronicheurs dont le nombre de jours d'activités annuel est inférieur à 360 ne peuvent pas prétendre à l'ouverture d'un CET.
5/ Afin néanmoins de favoriser les ghronicheurs les plus anciens, la direction a également accepté, à titre exceptionnel, d'abaisser ce seuil annuel à 205 jours pour les collaborateurs dont les articles ont été publiés avant le présent accord.
6/ Le présent accord, reconnu par les deux parties comme une indéniable et novatrice avancée sociale, n'est pas applicable aux nouveaux ghronicheurs. Ceux ci ( et Dieu sait s'ils sont nombreux à attendre qu'une place se libère)feront éventuellement l'objet d'une convention particulière après examen de la commission paritaire concernée.
7/ Enfin, tenant compte des efforts conséquents mis en oeuvre par la direction pour répondre aux légitimes revendications des ghronicheurs en cette difficile période de crise, la société des Rédacteurs s'est engagée à ne réclamer, d'ici 2013, aucune rémunération pour les phrases comportant le verbe être.

denis

Nous, les chroniqueurs de Corsicapolar, exigeons 2 centimes d’€ par COD du verbe avoir… y en a marre du Grosniqueur en chef qui nous bouffe la laine sur le dos !

michel

Camarades Ghroniqueurs, gaffe on dirait qu'Il se doute de quelque chose, Il est informé y a pas de doute. Il faudrait qu'on fonde un truc clandestin sans ramification visible, directement branché sur son mail... Je contacte Elizabeth Stock Holmès. Ne faites confiance à personne. Envoyez-moi diretement les fonds que vous aurez récoltés. Chut ! Lehcim.

NDLR

Soucieuse de la bonne marche de l'entreprise et afin de répondre aux rumeurs perfides et malintentionnées de certains, la rédaction tient à préciser que la délocalisation de ce blog n'est pas à l'ordre du jour. L'assemblée générale des actionnaires a du reste il y a peu confirmé la propriété du nom de domaine corsicapolar.eu jusqu'en 2013. Cela dit, il n'en reste pas moins que les rassemblements de plus de deux personnes ne sont pas autorisés dans les couloirs, ni au abords de la machine à café.

Eléna Piacentini

Michel, Denis,
Il nous faut créer un syndicat... du crime.
Nous avons besoin d'un Délégué du Personnel.
Des rumeurs insistantes circulent sur la délocalisation du blog vers la Chine ou l'Inde. Là-bas, pas de rachat des RTT, les chroniqueurs sont parqués dans des caves 7 jours sur 7 et ils sont obligés de payer pour se nourrir des "produits du jardin".
Organisons la résistance...

michel

Denis, Elena, je vais vous faire une confidence : Il m'a parlé du Zanzi Bar, un bistrot bien connu de Bastia en lieu et place de l'imprimeur chez qui il se rend professionnellement chaque fin d'après-midi entre 4 et 6 avant le Journal National de FR3. La banque prétexe (prétexte ?)je ne sais quelle crise financière pour refuser de me communiquer ses versements. Ses dépenses, à nos dépens, m'inquiètent. Qu'est-ce-qu'on va faire de lui.
Quant aux férules, c'est vachement bien ! Il suffit de savoir s'en servir... Ca empêche pas les asperges !

Eléna Piacentini

Il y a erreur, Denis. Je n'ai pas reçu une brassée d'orties mais des champignons de son jardin. Voilà une semaine que je les ai mangés en fricassée, depuis, plus moyen de fermer l'oeil. J'ai le cerveau qui zappe d'une vision à une hallucination. Une seule chose m'apaise : écrire. Cet homme n'est pas seulement un impitoyable patron. En me renseignant sur la toile, j'ai appris qu'il avait participé, au Canada, à des expériences sur les effets des drogues sur le comportement humain. Il a été formé par un shaman nord-américain et a suivi un stage intensif auprès d'un sorcier vaudou à Cuba. Je me demande si ce blog n'est pas truffé de messages subliminaux... Fais goûter ses "paquets du jardin" à ton chien, non, c'est vache, à ta belle-mère ou à ton inspecteur des impôts.
Bises.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)