A propos de Saint Pierre et Miquelon par Ugo Pandolfi
Homélie par Frade Adjaceo

Les auteurs viennent de Mars et les lecteurs de Venus… (suite 3) par Denis Blémont-Cerli

Dbc_dessin_mix_mix_deux Contrairement aux autres auteurs dont l’ego démesuré ne permet pas toujours de passer les portes, l’auteur couillon de la lune se refuse à être publié de son vivant et même à titre posthume. Pour éviter cela, il a trouvé le traitement idéal… il n’écrit pas et cela lui procure un sentiment incontrôlable de félicité contrôlée.

De nos jours où on publie jusqu’aux mémentos de la ménagère ayant soigneusement gardé ses tickets de caisse de l’épicerie du coin, celui-ci déchire tout morceau de papier sur lequel il aura posé le moindre signe même cabalistique. Lui, cet être modeste et exemplaire ne veut pas de la postérité que vous les lecteurs immondes tentez de lui imposer malgré lui. Ne le prenez pas pour un idiot il a bien remarqué que ses poubelles étaient visitées chaque nuit, pour preuve la disparition du post-it où il avait noté son rendez-vous chez le psychiatre de la rue Jean Jaurès.
On retrouve souvent l’auteur couillon de la lune en prison. Et pourquoi me demanderiez-vous si vous étiez un peu futé ce qui n’est pas le cas, voilà pourquoi je dois me faire les questions et les réponses et ça me fatigue.

Réfléchissez un peu…

Parce qu’il est dans l’obligation de cambrioler ses ex !

Et pourquoi est-il dans l’obligation de cambrioler ses ex ?

Parce que ces marie-couche-toi-là, ces gigolettes vont se faire un max de blé en publiant la correspondance personnelle qu’il a eu la bêtise de leur adresser lorsqu’il était amoureux...

Ne truffait-il pas sa correspondance amoureuse de mots doux scandaleux et inavouables tels :

« Mon amour, les poireaux sont plus chers aujourd’hui, j’ai pris des pommes de terre… »

Et ceci, plus tard…

«  Finalement, la pomme de terre constipe et j’ai dû prendre un Microlax. Je te chéris comme un dingue. Merci d'être ce que tu es tout en étant toi »

Vous comprenez maintenant pourquoi ils finissent en prison ces malheureux ?

Ah, comme il est pathétique que des auteurs aussi géniaux terminent ainsi…


Retrouver Denis Blémont-Cerli dans Homo machinus sempre emmerdae
Michel Moretti dans Mal Chronique
Elèna Piacentini dans Elénarration

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)