Hors champ, je suis. Hors la loi, je reste... par Ugo Pandolfi
Fora! Le numero 3 est disponible

Un tabou de l'édition : le tsunami annuel du pilon par Denis Blémont-Cerli


Denis_pop_art_deux Dans son roman « Une trop bruyante solitude », Bohumil Hrabal, écrivain tchèque raconte l’histoire de Hanta, ouvrier dans une entreprise de pilon qui tente d’atténuer sa culpabilité en ramenant à son domicile un maximum de livres qu’il aura sauvés ainsi de la mort.
C’est un sujet tabou que les maisons d’édition avouent très malaisément : en France, tous les ans, presque un quart des livres publiés passent au pilon, c’est à dire plus de cent millions d’exemplaires.
Oui, vous avez bien lu, plus de cent millions pilonnés !

Tout d’abord, il s’agit des formats poches qui sont programmés au « pilon automatique sur retour ». Pour les autres formats, cela dépend mais seuls les très beaux livres sont épargnés.
Pourquoi ?
– Parce que détruire les livres est moins dispendieux que de les stocker, tout simplement.
Pourquoi alors ne pas les donner ?
– Afin de ne pas déstabiliser la filière entière du livre, à cause de la crainte de la création d’un marché parallèle, à cause du coût des transports et aussi parce qu’il est plus facile de pilonner.
Pourquoi autant d’invendus, ne serait-il pas plus sage de tirer moins d’exemplaires et de faire des prix bas dès le départ ?
– Un premier tirage important permet d’abaisser le coût unitaire du livre dans des proportions parfaitement considérables, l’éditeur fait toujours un pari et, hélas, il se trompe souvent. De plus, la filière du livre aborde une crise grave. De moins de moins de lecteurs avec un pouvoir d’achat en berne et, en face, une course effrénée à la nouveauté, une rentrée littéraire à plus de 700 nouveautés avec quelques élus, parfois un seul. Quand Littell vend 400000 Bienveillantes à 23€ pièces, tous les autres livres de la rentrée s’écroulent. (Pour l’anecdote, on sait à présent que Gallimard, dépassé par les ventes d’un livre qui avait été tiré au départ à 8000 exemplaires, a été dans l’obligation d'utiliser le papier prévu pour Harry Potter afin réimprimer les Bienveillantes.)
On ne peut qu’être ému par cet effrayant gaspillage, des millions de personnes trop pauvres sont privés de lecture et, comme à notre habitude, nous gaspillons sans compter.
Ne pourrions-nous pas en en sauver au moins un petit pourcentage pour les pays de la francophonie qui n’ont pas nos possibilités financières ?

Commentaires

Walter Closet

Défenseurs de la littérature et des livres, pensez, avant de tirer la chasse, à faire une minute de silence à la mémoire de tous ces ouvrages qui, après le pilon, deviennent du papier hygiénique.
Sachez qu'il existe le recyclage du papier. La littérature est une dévoreuse de forêts et, grâce au pilon, les oiseaux évitent la pénurie de logements.
Seuls le W.C et le feu nuisent aux livres et aux arbres... Si vous en avez le temps, je vous conseille de relire Rabelais et vous trouverez dans une de ses écrits mille façons de se torcher autrement qu'avec du papier. Quel est ce chef d'oeuvre?
Le premier ( ou première) qui répondra, gagnera à être connu. En outre, il (elle) pourra procéder à un dépôt fécal dans les WC de la Bibliothèque Nationale de France.

Mr Bensoussan du sentier

donnez-moi les, ces livres, et je vous vends tout en deux temps trois mouvements, poï poï poï...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)