Koi 2 9 ? Je pense donc je me fuis…par Denis Blémont-Cerli
Un tabou de l'édition : le tsunami annuel du pilon par Denis Blémont-Cerli

Hors champ, je suis. Hors la loi, je reste... par Ugo Pandolfi

Ugo_pandolfi_negdr Affranchie à 2,97 Euros, la lettre prioritaire du département du dépôt légal de la Bibliothèque nationale de France m'affranchit: je suis hors le champ du dépôt légal. C'est le service de la gestion des livres qui me l'explique. Pas pour me faire de la peine. Pas pour me rejeter dans le néant d'un indicible hors champ dont Alfred Hitchcock a pourtant souligné l'importance. C'est simplement qu'à la BNF, la direction des services et des réseaux  n'en peut plus de tous ces livres qui sortent. Ils ne peuvent plus suivre.  La chef des services qui m'a écrit n'est pas méchante. Elle constate.

Ceccaldi_et_pandolfi_ajaccioElle regrette presque. Sévère, mais juste:
Suite à l'évolution et à l'accroissement des types de documents déposés au titre du dépôt légal, la Bibliothèque nationale de France se voit dans l'obligation de préciser les contours du champ d'application des articles L.131-1 à L. 133-1 du Code du patrimoine relatifs au dépôt légal et de faire désormais une lecture plus stricte de ceux-ci.
Conformément à l'article 7 du décret 93-1429 relatif au dépôt légal, seuls les documents édités et diffusés en nombre auprès d'un public sont soumis au dépôt légal. Les documents édités et imprimés à la demande ne relèvent donc pas du champ d'application du dépôt légal. Par conséquent, je vous restitue donc votre dépôt.

Je vous remercie cependant de vous être préoccupé de cette obligation légale...
En clair, la loi  est pragmatique: elle s'adapte aux moyens et permet d'être hors la loi. La question de savoir  comment dés lors  diffuser légalement auprès d'un public un livre imprimé à la demande revient à mesurer le hiatus qui existe entre l'application de nos lois et les nouvelles technologies qui bouleversent la chaîne du Livre.
Et si demain, après une signature, la police me recherche pour avoir vendu et dédicacé un livre sans dépôt légal à une belle Ajaccienne ? Je fais quoi? Je prend le maquis ? Et s'il n'y a pas de hot spot, ni d'ADSL là où je me cache, comment faire pour éditer via l'Internet ?
Polar08_002Et la malheureuse bibliothécaire de l'extrême sud de l'île qui a acheté mon livre en croyant bien faire, hors la loi aussi ?
Et la pauvre Michèle Witta  qui s'est usé les yeux pour me lire, en cavale autour de la BILIPO ?
Sans balancer, ce qui me rassure, c'est que je ne serai pas seul dans le maquis du hors champ: Jean-Paul Ceccaldi aussi a publié son dernier polar via lulu.com

Commentaires

Elisabeth

Je ne menace pas. J'avertis. Nuance !

Merci Guillaume

Le paradoxe est en effet savoureux.
Ugo

Guillaume

Le trackback ne fonctionne pas... J'évoque les affres du dépôt légal sur http://www.francegenweb.org/blog/?2008/07/26/409-le-depot-legal

Rosis, Rosas, Rosé

D'Enlayreur est humaine et Elisabeth va me priver de canistrelli évasifs. Et encore je m'en sort bien: elle menace. Chez elle, c'est bon signe. Le pire, c'est quand elle ne dit rien parce qu'elle passe à l'action. Là le paquet de canistrelli, il vire léthal, truffé à l'amande amère, genre raticides,avec la tête de Maures et tout. Tout ça pour avoir (r)osé, oscillant entre le rouge le blanc, choisir une voie médiane.
Histoire de ne pas me faire tirer comme un lapin le soir au fond du bois, je reconnais mon erreur. Et d'autant plus facilement que je suis plutôt blanc dans le Cap corse et plutôt rouge du côté de Sartène. Cela étant dit et puisqu'il faut bien que l'auto-critique soit totale (gardes rouges obligent), j'avoue qu'il y a quelques rosés qui ne me laissent pas indifférent. Je dis pas les noms. Rosé in bocca !

Elisabeth

Et j'ajoute que les coquilles dans mon précédent post ("que tu sois" et non "qu tu sois"; "ce que les knackis sont à la bonne charcuterie" et non "ce que les knackis sont la bonne charcuterie") ne sauraient être en aucune façon imputables à la consommation de cette "invention du diable" (dixit un vigneron) qu'est le rosé.

Constant D'Enlayreur

De quoi?
Ça pousse les gens au crime et ça joue les vertueuses?
Ça assassine, mutile, flingue, bousille à tour de bras dans ses polars, et ça voudrait rester intouchable par la loi?
Passons, ce n'est pas le plus grave.
En effet, comment, au nom de quelle idéologie foutraque peut-on en arriver à accuser uniformément tous les intervenants de boire du rosé, ce sous-produit vinicole, cette honteuse manipulation, qui à quelques rarissimes exceptions près, constitue sans conteste et conjointement une insulte au vin et le plus bel exemple de différenciation marketing à l'usage des bobos timorés des papilles et des touristes dont le bob tient lieu d'encéphale?
Et je ne parle même pas de l'hypocrisie qu'il y a à renier le rouge, sous un fallacieux prétexte estival.
La vérité, l'ignoble vérité, est la suivante: vous mettez de l'eau dans votre vin pour éviter les foudres étatico-policières.

Je ne vous félicite pas, môssieur…

Elisabeth

Ugo, qu tu sois hors-la-loi est une chose, que tu brises l'omerda, passe encore (mais limite). Mais que tu m'accuses de boire du rosé, cette chose qui est au vin ce que les knackis sont la bonne charcuterie ! Alors ça, jamais !
Encore un coup comme ça et je dis à Dieudonné que pour les plans d'évasion planqués dans les canistrelli, tu pourras toujours te brosser !

Les bêtes et Sébastien

Faites confiance aux amis ! Quand il s'agit de déconner grave, ils sont très forts. L'été, la chaleur et le rosé n'expliquent pas tout. Heureusement qu'il y a des lecteurs qui ne nous prennent pas trop au sérieux.
Pour l'info de tout le monde, voici ce que vient de nous écrit Sébastien, attaché de presse de lulu.com: "Article très intéressant, qui, comme vous le soulignez, prouve le fossé entre la législation et l'usage, ou en d'autres termes, entre l'évolution de la diffusion des livres (notamment en auto-édition via internet) et leur dépôt légal."
Merci Sébastien.
Merci les bêtes.
Ugo
PS: Pour le T Shirt, XL c'est bien.

Boby Tricqueaureiller

T'as pas, t'as pas, t'as pas d'dépôt
T'as pas d'dépôt et pis c'est tout
Ta BN t'as dit ballepeau
Et qui c'est qui l'a dans l'dos
Toi
T'as pas, t'as pas, t'as pas d'dépôt
T'as pas d'dépôt et pis c'est tout
Ta BN t'as dit ballepeau
Et qui c'est qui l'a dans l'dos
Han!


T'y as dit : "Je fais fortune avec des polars
Comme des petits pains, j'les vends sur le blog
Je les vends bien cher quand ils sont très noirs
Et j'en écris d'aut'"
Ben !
Si t'avais été moins vantard
T'aurais dit : "J'vais les vendre en plein air
Mais le soir s'il fait du vent tard
J'en vends just'une pair'"
Han !

mr Bensoussan du sentier

Lisez l'article d'Emile dans l'Aurore. Je suis son agent et je touche trente pour cent...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)