NDC: adressez vite vos chèques à Handi 20
Classe ! par Michel Moretti *

Comment le commissaire Mouligas de la BAPF commanda 500 exemplaires de « Noirs de Corse » par Denis Blémont Cerli

Moulinas_et_les_500_piccule

– Que fait-on pour Pandolfi et le gang des « Piccule » ? demanda le capitaine Glandor à son supérieur, le commissaire Mouligas.

À la seule évocation des mots «  Pandolfi et Piccule », la contrariété s’installa sur le visage ravagé par l’anisette du commissaire Mouligas et dans ses yeux bleus clairs on vit apparaître des dispositions aux cumulo-nimbus à caractère orageux. Embarrassé Mouligas resta silencieux et dubitatif, (ou l’inverse). Depuis trois années il était tourné en ridicule par le rusé Pandolfi et rien n’y faisait, il se retrouvait pareillement que Vil Coyote devant BIP-BIP, c’est à dire toujours en échec.

Las et dépité, il avoua son désarroi à Glandor :

– Je ne sais plus… Il a épuisé trois équipes de vingt hommes du GIPN et quatre du RAID. Même le satellite que nous a loués la CIA et que nous avons braqué en permanence sur son domicile, ne nous a été d’aucune utilité en trois ans.

– Sans compter la centaine de caméras espions, micros, GPS dont sont truffés sa villa, son bureau, sa voiture, sa femme et ses enfants, renchérit le capitaine Glandor.

– Nous sommes au point mort… répondit Eugène Mouligas. Le braquage de la Bibliothèque de France à Paris, l’assassinat d’Amélie Notblond pour lui dérober ses 1226 manuscrits, l’enlèvement de Frédéric Bééhberger afin qu’il publie Ceccaldi chez Gallimard, et surtout les bombes qui ont détruit totalement la Préfecture, le Tribunal et le commissariat d’Ajaccio, tout cela est signé : ce sont Pandolfi et le gang des « Piccule » ! Je les hais ! Je suis la risée de tout le Ministère par leur faute. Et voyez cette ridicule caravane où nous avons été obligés de nous installer après la destruction de nos locaux !

– Oui, c’est déplorable, confirma Glandor en lorgnant jalousement à travers la fenêtre sur le Camping-car Autostar Athenor 478, 2.8L TDI du Préfet de la Corse du sud, lequel occupait la plus belle place du parking de la préfecture encerclé de ruines impressionnantes.

Mais soudain, à travers la vitre, ils virent un homme traverser les ruines en courant, dans ses mains il tenait un manuscrit et ne cessait de l’agiter dans leur direction.

– N’est-ce point là le brigadier Marc Levis ? Demanda Mouligas à Glandor, pourtant je le croyais en congé de trois jours, ceci afin d’écrire dans sa totalité son futur best-seller…

 

A suivre…

--------------------------------------------------------------------------

 

Dans ma prochaine rubrique, à paraître le 28,  vous saurez comment le gang des « Piccule » fit pour obtenir une commande de 500 exemplaires par le Ministère de l’Intérieur !

En attendant, ne mollissez pas, commandez également par 500 vos « Noirs de Corse » à Handi 20 !

Commentaires

denis

Hé Jean- Paul, ce n’est rien encore
J’ai commencé à écrire le synopsis de « Война и мир », « le nouveau Guerre et paix » en version corse remaniée, vous y êtes tous ! Je sens d’avance que vous allez être énervé.
AH ! ah ! ah, je suis un méphistophélique et diabolique emmouscailleur !

Jean-Paul

Alors là, Denis, tu dépasses les bornes! Me mêler à un gang, ça peut passer. Faire de Pandolfi un individu dangereux et rusé, donc un Moriarty , ne fait pas de Mouligas un Sherlock Holmes... mais le soupçonner de vouloir me mettre dans le placard des gallimerdes encaustiquées en éliminant un plumitif snifeur, ça relève d'une imagination perverse. C'est une injure à la vivacité de ma plume qui est celle d'un poulet et non d'un paon. La Corse n'est pas le pays de la "littératurette consacrée par des eunuques et des gagas, ronromans tartignoles pour bien démarrer la retraite ou romancules durailles et anxiogènes destinés à servir de documentation aux psychopathes" pour citer Henri-Fréderic Blanc dans l'excellent opus " Cloaque".

Jean-Paul

Pour faire suite au commentaire d'Ugo et pour ceux qui ne le savent pas, la "Vela d'oro" est une course côtière organisée par le club nautique bastiais du 30 mai au 1er juin prochains. Selon les dernières indiscrétions, le bateau sur lequel Ugo embarque serait le Pitalug...

Ugo

Je vois qu'il suffit que je m'absente pour que les souris de vos ordis dansent. Jean-Paul ne prend plus que des douches. Elisabeth s'inquiète également. Pour ma part, je mets les voiles jusqu'à Viareggio pour quelques jours, le temps de la Vela d'Oro, histoire de ne pas être le premier de Corday. En attendant, chers amis, vous pouvez y aller de vos commentaires. Jusqu'a mon retour, ils ne sont plus modérés...Mais attention à ceux qui dérapent: comme dit Coluche, j'ai les noms, sous forme d'adresses IP ! Big brother veille quand même...A+

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)