A l'attention de tous les acteurs du projet Handi 20
Un Corse à Lille, roman noir de Eléna Piacentini

La Reine est ointe ! par Michel Moretti

Small_typogenerator_1205963916Le président a mis ses grandes pompes. Voyage rédempteur, thalasso politique, Pâque ! Visite protocolaire en Grande Bretagne, la 1ère communion du président. Suis-je digne d’être l’Elu ? J’ai fait des conneries mais j’étais jeune.
Accueil de la Queen, c’est du réglé crottin, plein de chevaux contraints et de cavaliers écarlates, de carrosses et de calèches, de bonnets à poils et de hurlements de militaires britanniques. La Reine biche ! Elle est ointe !
On lui a expliqué que les haussements d’épaule du président n’expriment aucun mépris, qu’il s’agit seulement de secousses.
On lui a expliqué que le président ne reste que 36 heures et non 48, et qu’ainsi il ne rendra pas le dernier repas en retour. La Reine est quasi furax. Le dernier des Papous sait qu’il faut atténuer la puissance d’un cadeau par un autre moindre mais joli. Nick l’ignore, il a déjà fait le coup aux Indiens. Manifestation de pouvoir ? Provocation ? Ignorance ?
On lui a expliqué qu’il ne faut pas rigoler quand Nico parle « anglais », que si elle comprend pas, c’est pas grave. De toute façon the Queen speaks a perfect french, elle a lu des tas de bouquins que Nico ne soupçonne même pas.
Carla est parfaite : elle est chouette, même habillée.
Une vraie ritale, elle a suivi mon conseil, sa coiffure maîtrise la mèche. Un clone de Jackie Kennedy. Mais c’est réussi. Elle refuse les papouilles en douce du gamin qui l’accompagne.
On passe de la cordialité à l’amitié. On insiste lourdement sur la chaleur chaleureuse (froideur des Chirac).
Problème : discours-fleuve du Sarko devant le Parlement britannique, (son rêve : parler devant le parlement). On n’en est pas encore au discours de Castro (7 heures), ni celui de Ceaucescu (le Danube de la pensée), mais on s’en rapproche : près d’une heure de déclaration politique qui a rencontré la plus grande lassitude contrôlée d’un public poli mais pressé de passer à table,.qui était certainement pas venu pour suivre un cours de pensée sarkosienne : « Vous êtes formidables. On est pareils. On va faire des tas de choses ensemble si vous suivez ce que je dis… » Gage : 1000 soldats en plus en Afghanistan ! Bienvenue au club !
Il ne change pas, brassage d’idées-pagailles, de compilations, de purée bienveillante, flatteuse, prolixe, limite mielleuse, consensuelle, lue, laborieuse et confuse !. De l’élan factice. De l’histoire façon Historia. Il baise le paillasson pour rentrer chez les Grands. Ombre de De Gaulle. Grincements d’Angela.
Et un alignement sur l’Otan ! Bruit de bottes !


« Je pouvais pas croire que c’était un pied, j’en ai vu un deuxième… » (découverte dans le congélo de la belle-fille)

* Retrouver Michel Moretti dans Mal Chronique

 

Commentaires

To be or not to be frenchy?

Un passage du discours de Bling Bling n’a sans doute pas échappé aux Corses : celui sur l’identité. Au pays de Skakespeare, notre penseur président, en sophiste, a fait la démonstration oiseuse qu’il n’y a diversité que s’il y a préservation de l’identité. C’est ce à quoi il s’emploie et dont il se dit sa fierté. De quelle identité parlait-il ? De l’identité nationale ou de l’identité d’origine ? De l’identité nationale, bien entendu. Mais alors , cette identité française est-elle diversité ? La réponse apparaît dans tous les discours nationalistes et franchouillards du même président et dans sa politique envers les immigrés… A vouloir trop démontrer pour rouler les gens dans la farine, on finit par se mordre la queue et tourner en rond dans ses contradictions européennes. A moins que la France Sarkosienne devienne un confédération de petits états constitués par les identités originelles, il faudrait pas nous prendre pour plus cons que vous ne l’êtes… Je parle pour ceux qui ont voté pour Blin bling.
Alors un rappel : une nation est une communauté historique de droits et de devoirs. Une idéntité ne se réduit pas à une carte d’identité nationale. Les ancêtres du plus grand nombre de Français ne sont pas les Gaulois, en commençant par Blin bling lui-même mais il semble vouloir l'oublier. L'identité culturelle est, pour la majorité des individus, plurielle. Ensuite, il y a l’identité que chacun se construit. Une identité n’est pas une incantation narcissique mais un fait, un corps plus qu’un corpus à ressasser. C’est cette identité-là qu’il faut enrichir et respecter.Il ne s'agit pas de fabriquer un modèle français.
A la question "To be or not to be frenchy?", je réponds "Let me be, Bling bling!...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)