« Cap au Nord | Accueil | Un fusil à vent dans l'éphéméride à rebours »

Commentaires

Opus incertum

Les moellons de l'Opus "incertum" Dei n'ont pas pris dans les mortiers de la justice et n'ont pas bloqué l'opus de Catherine Fradier...

Le 21/11/2077, L’Opus Dei a passé un communiqué sur son site à la suite de la décision de justice :

L’Opus Dei a demandé à la justice de reconnaître comme diffamatoires certains passages du livre Camino 999 de Catherine Fradier paru aux éditions Après la lune.

Cet ouvrage présente en effet cette institution de l’Eglise catholique comme une organisation criminelle en mêlant à dessein fiction et réalité. Il porte gravement atteinte à la réputation de nombreuses personnes exposées par là aux soupçons et aux critiques.

La plainte de l’Opus Dei vient d’être déclarée non recevable pour des motifs de forme. L’Opus Dei regrette l’absence de jugement sur le fond et se réserve la possibilité de faire appel.

Son action avait pour seul but de protéger la réputation de ses membres, présentés avec insistance dans ce livre comme des malfaiteurs et des assassins, ainsi que sa propre réputation.

Attaché à la liberté de création et d’expression, l’Opus Dei ne souhaite en aucune façon porter atteinte au fonctionnement d’une maison d’édition, mais désire faire entendre la voix de ceux, nombreux, qui sont reconnaissants de la formation chrétienne qu’ils reçoivent en son sein.

Sa position reste celle de l’ouverture et du dialogue, mais il a logiquement à cœur d’éviter l’émulation et la prolifération d’ouvrages mettant injustement en cause son image et l’honnêteté de ses membres.

L’Opus Dei assure ses membres et tous ceux qui apprécient son travail de formation chrétienne, de sa détermination à protéger leur honneur et leur réputation.

--------------------------------------------

Auparavant, le 8/11/2007, l’Opus Dei avait trouvé d’autres sujets de polèmique :

Pour une information respectueuse
Suite à une émission diffusée sur France 2, l'Opus Dei réagit.
Mardi 6 novembre 2007, lors de l'émission « On n'a pas tout dit », animée par Laurent Ruquier, sur France 2, l'Opus Dei et ses membres ont été mis en cause de manière injuste. Diverses accusations ont été proférées, complaisamment relayées par les chroniqueurs présents sur le plateau.
Aucune autre voix que celle d'une accusation ironique, parfois blessante, n'a été entendue.
-----------------
Communiqué de l'Opus Dei à propos de la sortie du livre "Dans l'enfer de l'Opus Dei"
En réaction à un livre-témoignage d'une femme qui a passé 13 ans dans l'Opus Dei avant de le quitter, en 1996.
Un livre-témoignage de Véronique Duborgel est publié chez Albin Michel sous le titre Dans l’enfer de l’Opus Dei.
L’auteur a appartenu à l’Opus Dei durant treize ans, de 1983 à 1996, en tant que laïque mariée et mère de famille. Elle estime aujourd’hui s’être engagée sans l’avoir réellement voulu ; elle a vécu son engagement dans une tension et une insatisfaction croissantes, avant de décider de le rompre.
Dans l’enfer de l’Opus Dei, malgré son titre choc et la présentation quelque peu forcée de l’éditeur en quatrième de couverture, n’est pas un ouvrage à sensation. L’impression qui se dégage du livre est plutôt que le style de vie chrétienne proposé par l’Opus Dei a été vécu par l’auteur sur un mode oppressif. L’Opus Dei ne peut que prendre acte de cette expérience et exprimer à l’auteur ses profonds regrets si des maladresses ont effectivement été commises. Nous compatissons à la souffrance exprimée, par ce témoignage.
------------------------------
RESUME de Dans l'enfer de l'Opus Dei trouvé sur une librairie en ligne :

Depuis sa création en 1928, l'Opus Dei suscite la polémique, même au sein des milieux catholiques dont il est issu.
Fondée par Mgr Escrivà de Balaguer, cette institution puissante fascine autant qu'elle inquiète. Tant par la multiplicité de ses ramifications que par le traditionalisme autoritaire qui la caractérise. Soumission totale à l'ordre, sacrifices volontaires, mortifications corporelles, esprit de pénitence sont le quotidien des membres de l'Œuvre de Dieu. Pendant treize ans, Véronique a subi sa loi : réprimandes (les " corrections fraternelles "), endoctrinement et remontrances de la part d'une hiérarchie qui refuse même d'entendre sa souffrance.
" C'est ta croix ", s'entend-elle répondre. Jusqu'à ce jour de mars 1996 où elle décide de rompre et où " l'Œuvre " se retourne contre elle. A travers son témoignage accablant et stupéfiant, ce sont les coulisses d'un monde secret et opaque que nous pénétrons. Un monde où l'obéissance et le châtiment vont beaucoup plus loin que nous ne pouvions l'imaginer.
----------------------------

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Fil des documents Criminocorpus

Basta ! Média indépendant

Quelques nuances de noir, le blog de Yann Plougastel

Pericoloso sporgersi, le blog d'Alain Verdi

Actu Du Noir par Jean-Marc Laherrère

Sang froid-Sans encre, le 15cpp

POLICEtcetera, le blog de Georges Moréas

Criminocorpus

Cronaca-Nera

Ugo Pandolfi dans la collection Nera

  • Un polar maîtrisé et passionnant. Un roman de qualité. (Françoise Ducret Libraire) Foisonnant et inattendu (Véronique Emmanuelli Corse-Matin)

PolarMania, le blog de Hervé Sard

Tueurs en série.org

Les mafias, le blog de Fabrice Rizzoli

Cent "incontournables": la liste de Michèle Witta

La radio des auteurs

  • Ecouter-Voir

Statistiques

Au sommet du panthéon holmésien (VSD)

Licence Creative Commons
corsicapolar.eu de Ugo Pandolfi et JandJ&Co est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.corsicapolar.eu/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://scripteur.typepad.com/scriptor/.