Un nouveau roman de Gilles Del Pappas
Au coeur de la Françafrique, un thriller sobre de Lucas Belvaux

Un deuxième "deuxième souffle" pour 23 millions d'Euros

Deuxiemesouffle_melville Ledeuxiemesouffle Quarante et un an aprés Jean-Pierre Melville (1966), Alain Corneau reprend l'adaptation du roman de José Giovanni (1958). Pour réinventer le deuxième souffle et revisiter la fin des années 5O... comme Ridley Scott revisita la Rome antique et l'imagerie de Ben Hur dans Gladiators  souligne la note d'intention des producteurs.  La sortie du film est annoncée pour le 24 octobre en France. Gu Menda est toujours bien vivant, il retient son souffle assure Alain Corneau. A Porto-Vecchio  cette réinvention de 2 h 34 est présentée par la Cinémathéque de Corse le 3 novembre. Christian Clavier qui  signe le scénario de L'Auberge rouge, sur les écrans en décembre, viendra peut être en voisin. Les remakes sont tendances. Ces deux films sont distribués par la Warner Bros.

Commentaires

Cathoux

Malheureusement Fabrice Luchini ne joue pas dans ce film.

Jean-Paul

Pour faire suite sur l’auteur du roman adapté par Jean-Pierre Melville et aujourd’hui AlainCorneau

José Giovanni :

Le polar a souvent mis en scène des truands corses dans le décor parisien et notamment le quartier de Pigalle qui devient le haut lieu de la drogue et de la prostitution.

En 1945, à la Libération, Jose Giovanni fréquente le « milieu » de Pigalle et trempe dans une affaire de racket organisée par son oncle maternel, avec l'aide de son frère aîné. L'affaire tourne très mal puisque trois des personnes rackettées sont tuées.

Condamné à mort (alors que lui-même n'a tué personne) en 1948 avec un complice, Georges Accad, José Giovanni échappe de peu à la guillotine ; gracié par le président Vincent Auriol ainsi qu'Accad, sa peine est commuée en vingt ans de travaux forcés.

Il sort de prison en 1956 et est réhabilité en 1986 après un nouveau procès.

José GIOVANNI va devenir un auteur et un cinéaste célèbre. Ancien taulard, il va exceller dans le genre, sans référence avec ses origines insulaires.

Sur Wikipédia , il est présenté comme un cinéaste franco-suisse né à Paris (France) le 22 juin 1923 et mort à Lausanne (Suisse) le 24 avril 2004 d'une hémorragie cérébrale. José Giovanni est le pseudonyme de Joseph Damiani. Il était bien d’origine corse.

Il puisait souvent son inspiration dans ses expériences personnelles ou dans des personnages réels (Pierrot le fou dans le roman Histoire de fou) pour composer ses intrigues policières.

Dans ses films aussi bien que dans ses romans, il se fait parfois le chantre de la pègre, à l'instar d'un Auguste Le Breton, tout en exaltant les amitiés viriles et en prônant la confrontation de l'individu avec la nature. Il s’agit de romans de gangsters et le rôle du policier y est entièrement extérieur à l'action, un rôle de révélateur et d'accélérateur du destin des personnages de gangsters ;

La première version cinématographique de Jean-Pierre Melville est sortie sur les écrans parisiens le 2 novembre 1966.

Pour Alain Corneau , un projet vieux de trente ans...

Le réalisateur de Police Python 357 et La Menace connaissait José Giovanni pour avoir été son premier assistant et il a expliqué : "On a souvent parlé du film de Jean-Pierre Melville, qui me fascinait, explique le cinéaste. Lui refusait d'admettre que c'était un grand film, à cause de tous les soucis qu'il avait eu avec Melville. Il reprochait au film de manquer d'oxygène, d'être dénué de sentiments, de ne pas faire passer l'amitié qu'il y avait entre les gens. Après avoir réalisé Police Python 357 et La Menace, je cherchais des idées autour d'histoires fortes, comme celle du Deuxième souffle. Je n'envisageais pas du tout de le refaire, car pour moi c'était un univers d'avant, avec des postures morales qui étaient devenues académiques. On a réellement, sérieusement, commencé à parler de refaire Le Deuxième souffle dans les années 70-75 avec José, qui était plutôt partant. On en parlait deux fois par an, chaque fois qu'on se voyait. Un jour j'ai dit : "Allez, cette fois, je vais essayer". J'ai gambergé, de façon incohérente. Fallait-il actualiser l'intrigue ? J'ai essayé : cela partait en quenouilles... Mais si je faisais un film d'époque, je courrais le risque qu'il soit décoratif. Fallait-il le délocaliser ? J'ai rencontré des producteurs américains, mais j'ai vite compris que cette histoire était enracinée dans notre culture."


Jean-Paul

Le roman adapté de José Giovanni est intitulé « Règlement de comptes ». Publié en 1958, il fut convoité par d'autres réalisateurs que Melville. Jacques Becker ou Denys de La Patellière eurent aussi pour projet d'adapté ce roman. Le film de Melville est sorti en 1966.
Un secret de tournage: le changement de casting. Jean-Pierre Melville a failli tourner son Deuxième souffle deux ans plus tôt, avec Serge Reggiani dans le rôle tenu par Lino Ventura et Simone Signoret dans celui de Christine Fabrega. Face à Jean-Paul Belmondo dans Le Doulos, Reggiani avait déjà tourné avec Melville qui retrouvera par ailleurs Lino Ventura et Paul Meurisse trois ans plus tard pour L'Armee des ombres.
« Melville privilégiait l'ambiance rude et pesante du polar, ainsi que les portraits de personnages hauts en couleurs (policiers, truands, ...), pour lesquels il nourrissait une réelle passion. Les lumières grises ou sombres, de nombreux plans fixes, un rythme lent (presque de l'ordre de la méditation), donnent à cette œuvre une véritable « pâte » dans laquelle le spectateur s'enfonce peu à peu, pour son plus grand plaisir. Au sein de cet univers empruntant à la tragédie grecque et au western, d'excellents acteurs campent des personnages taillés au couteau, âpres, aux attitudes et aux paroles codifiées.Au sens où l'entendait Deleuze, ce film forme un véritable bloc autonome d'affects, de percepts et de signes. « Gu », le commissaire Blot, Manouche, les frères Ricci et bien d'autres, en sont les pôles émetteurs. » écrit par Jean-Emmanuel Denave sur Sitartmag.

En 2005, Jean Corneau expliquait la reprise de ce chef d'œuvre : « Cela fait trente ans que ce projet m'obsède. Il y a quelques mois, au cours d'une discussion avec Laurent Pétin et Michelle Halberstadt, les producteurs de mon précédent film Les Mots Bleus, j'ai découvert qu'ils avaient, eux aussi, cette même envie depuis toujours» Michel Halberstadt précisait « Melville revisité par Corneau, la filiation est évidente. Le projet nous a immédiatement enthousiasmés. Mais il nous fallait un casting exceptionnel. C'était la condition sine qua non pour monter le film. »

Ainsi, Daniel Auteuil tiendra le rôle phare de Gustave Minda ( Gu), et Monica Bellucci celui de sa compagne. Ils reprennent les rôles tenus dans la version originale par Lino Ventura et Christine Fabrega, lesquels étaient initialement prévus en 1964 pour Serge Reggiani et Simone Signoret ! Fabrice Luchini et Jacques Dutronc leur donneront également la réplique. Dans le casting, apparaît Eric Cantona.

José Giovanni est décédé le 24 avril 2004 à l'âge de 81 ans.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)