Capture par Arlette Shleifer (1.8)
Le romancier Jean-Pierre Santini et l'extension du domaine de la lutte indépendantiste

Le borsalino et le pardessus sombre sont au bout du rouleau par Jean-Paul Ceccaldi

Deuxiemesouffle_melville Melville jugeait le roman de José Giovanni inadaptable et se vantait d’avoir fait œuvre originale au cinéma. Pas plus chez Melville que chez Corneau, les truands ne ressemblent à ceux d’hier et d’aujourd’hui. Le code d’honneur, la parole donnée et la loi du silence font partie de la mythologie des voyous inventée par des auteurs comme José Giovanni. Au noir et blanc de l’épure chez Melville dont le film a été tourné en plein jour, Corneau a préféré, avec la couleur, des ambiances nocturnes. Les impacts de balles et les éclaboussures rouges, à 120 secondes par minute, ont donné au Second souffle des poumons haletants de cinéastes coréens ou chinois.
Ledeuxiemesouffle_2 Je suis de l’avis d’Ugo, le résultat déçoit. On reste étranger au drame inexorable , à la fatalité (fatum) qui a posé ses griffes sur le héros Gu Manda. Son sort est pourtant scellé depuis le début. Bien que Corneau dit avoir voulu faire un retour sur le roman, plus qu’un remake du film de Melville, c’est ce côté « tragédie antique » qui m’avait frappé à la lecture du livre. Le film de Corneau, pour moi, passe à côté. Pourtant le réalisateur avait déclaré à propos du livre :  Il contient une mécanique tragique absolument parfaite et qui se déclenche dès le début. Malgré les couleurs, nous avons assisté au crépuscule des belles gueules du Milieu. Depuis la dernière guerre, il y a eu, entre autres films, L62 de Tavernier ou Romanzo criminale dont Ariel Zeitoun semble s’être inspiré pour « Le dernier gang ». Il faut le dire : le borsalino et le pardessus sombre sont au bout du rouleau. J’ai lu quelque part que Corneau était un grand admirateur de Sam Peckinpah, qui fut assistant de José Giovanni puis le réalisateur notamment de « La Horde sauvage». En ce qui concerne le casting, il n'y a pas que du négatif. Daniel Auteuil s’en tire bien sans tirer la bourre à Lino Ventura. Michel Blanc joue le commissaire Blot qui cacahe ses fêlure sous sa carapace de flic. Dutronc est impeccable en Dandy délinquant. Gilbert Melky est un affreux réussi et Eric Cantona nature.

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)