« Libri aperti : et qui on est nous ? par Okuba Kentaro | Accueil | De l'île d'Elbe à la Rue Morgue »

Commentaires

Ferrari

Mon détracteur très, très anonyme a parfaitement raison, on doit écrire juste, quand on prétend écrire français, personne n'a à savoir qu'on écrit la nuit, quand on a terminé une journée "normale", et qu'il arrive que le bonheur du mot aille plus vite que l'orthographe.
Dont acte. Ce n'est pas si grave, je ne suis qu'une écrivassière!
Cependant, même si le snipper tue par hasard un assassin, il reste un snipper, "on ne peut avoir une estime véritable que pour celui qui ne se cherche pas lui-même" celle-la est de Goethe.
Il est si facile d'être heureux.Je retiens la leçon, monsieur Snipper, ne s'exposer, qu'armée, mais je sais que je n'en suis pas capable. Tanti basgi, fautes comprises.

Bescherelle addict

La modératiobn est souveraine,je m'incline donc devant l'amputation de mon commentaire mais j'ai la certitude de n'avoir été ni insultant, ni diffamatoire.
Pas plus que je n'ai le sentiment d'avoir servi à l'auteur une quelconque prose infamante à la "hauteur" de ce que j'ai pu recevoir.
Il me semblait important de le préciser, tant il est vrai que l'imagination peut parfois galoper: nulle insulte, nulle invective dans mes messages. Tout au plus la remise en cause de la capacité de certains à savoir manier la langue dont ils font leur profession.

Note de la rédaction: l'article de Marie Hélène Ferrari a été depuis corrigé et republié.

Bescherelle addict

Peste! Quelle surcharge bilieuse.Vous vous piquez de publier et n'admettez pas la critique -fondée de surcroît- qui touche vos écrits?
Je note avec intérêt que jamais vous ne remettez en cause le bien-fondé même de mon intervention.
Quant à l'anonymat, disons qu'avec la volonté qui semble être la vôtre d'exposer urbi et orbi vos états d'âme, cela fait une moyenne.

Mise en garde du modérateur: Ce commentaire n'est publié que partiellement. Corsicapolar.eu rappelle que les espaces interactifs de ce blog ne tolérent aucun propos diffamatoires ou insultants. Les adresses IP des commentateurs qui ne respecteraient pas cette netiquette élémentaire seront automatiquement bloquées.

Ferrari

Cher anonyme! quelle courageuse intervention fîtes-vous là! et comme le monde reconnaissant vous en remercie. Vrai, on sent en vous l'épanouis de la plume, l'heureux humain, la nature positive! et assumée aussi !
Bescherelle, quel joli nom! et qui cache si bien le vôtre!Comme le monde serait triste sans les gens comme vous! -triste chose! toujours la même vieille histoire!quand on a achevé de construire sa maison, on remarque que ce faisant, on a appris à son insu quelque chose que l'on aurait absolument dû savoir avant de-commencer à la bâtir.L'éternel et contrariant" trop tard!"_ la mélancolie de tout ce qui est achevé!... En ce qui me concerne: "chez la lézard le doigt perdu repousse, pas chez l'homme", votre honneur survivra donc à votre lâcheté, il repoussera c'est un spécialiste qui vous le dit, hélas, pas le mien!
(Les références sont Nietzschéenne, on peut être grammairien et n'avoir pas d'autre bréviaire, je vous les donne avec compassion et mansuétude)

Précision utile du webmestre: Marie Héléne Ferrari n'a pas pu corriger son article faute de codes d'accés. Les corrections seront apportées dés que possible. Merci à tous de vos fidélités et de vos contributions.

Bescherelle addict

Je ne sais si le fait d'écrire des polars ou à propos du polar est censé affranchir le scripteur de toute contingence à l'égard de la langue qu'il emploie, mais force est de constater que les correcteurs de Mme Ferrari ne volent pas leur salaire. Doit-on voir dans cette accumulation de cuirs un des effets secondaires de ces alcools dont il appert -d'appas- qu'ils coulèrent à flots ?

Ferrari

Ida, je n'ai pas osé! pardonne moi bien sincèrement, nous le savons tous que tu es un tout mignon petit bout de femme, mais j'ai juste été timide! eh oui!

Astru neru

Perso : A faire suivre à "La Blonde" Ferrari de la part de Ida Ceccaldi:
Marie-H t'es vraiment drôle !J'ai bien ri ce mat' en te lisant, tu gagnes à être connue !!! BRAVO pour ton CR en particulier le chap.4...
ps:juste une petite remarque: le "Mesdames...Ceccaldi",j'ai eu l'impression d'être une grosse bourge de +90kilos moi qui n'en fais q la 1/2... BIZzzz

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Fil des documents Criminocorpus

Basta ! Média indépendant

Quelques nuances de noir, le blog de Yann Plougastel

Pericoloso sporgersi, le blog d'Alain Verdi

Actu Du Noir par Jean-Marc Laherrère

Sang froid-Sans encre, le 15cpp

POLICEtcetera, le blog de Georges Moréas

Criminocorpus

Cronaca-Nera

Ugo Pandolfi dans la collection Nera

  • Un polar maîtrisé et passionnant. Un roman de qualité. (Françoise Ducret Libraire) Foisonnant et inattendu (Véronique Emmanuelli Corse-Matin)

PolarMania, le blog de Hervé Sard

Tueurs en série.org

Les mafias, le blog de Fabrice Rizzoli

Cent "incontournables": la liste de Michèle Witta

La radio des auteurs

  • Ecouter-Voir

Statistiques

Au sommet du panthéon holmésien (VSD)

Licence Creative Commons
corsicapolar.eu de Ugo Pandolfi et JandJ&Co est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.corsicapolar.eu/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://scripteur.typepad.com/scriptor/.